1 min de lecture Corse

Corse : quatre nationalistes arrêtés

Soupçonnés d'implication dans des attentats commis en 2012 et revendiqués par le FLNC, quatre nationalistes corses ont été arrêtés à Ajaccio et ses alentours.

Un militant du mouvement nationaliste corse FLNC, qui revendique des attentats contre des résidences secondaires (illustration).
Un militant du mouvement nationaliste corse FLNC, qui revendique des attentats contre des résidences secondaires (illustration). Crédit : STEPHAN AGOSTINI / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) avait revendiqué ces attentats, mais ce sont quatre militants de Corsica Libera, dont trois dirigeants de ce parti indépendantiste, qui ont été interpellés. 

La police enquête sur une série d'attentats commis contre des résidences secondaires dans le golfe du Valinco, sur la côte sud-ouest de l'île et revendiqués par le FLNC. Cinq hommes ont déjà été mis en examen en 2013 dans ce dossier instruit par un juge antiterroriste.

Corsica Libera dénonce une "police politique"

Leur arrestation, ce lundi 16 février à Ajaccio et dans ses environs, a suscité une réaction rapide de leur formation, qui a dénoncé dans un communiqué une "opération policière diligentée par la police politique" et une "façon provocatrice et dangereuse de signifier une réponse à l'adresse de ceux qui aujourd'hui représentent la volonté politique, incontournable, capable d'assurer la réussite d'un processus politique". Le parti nationaliste, qui compte plusieurs élus à l'Assemblée de Corse, fait ainsi référence à la récente visite des ministres de l'Intérieur et de la Décentralisation, Bernard Cazeneuve et Marylise Lebranchu. 

Corsica Libera et l'association Sulidarità de défense des prisonniers politiques ont appelé à un rassemblement ce lundi soir devant le camp militaire d'Aspretto où ont été transférées les personnes interpellées.

La nouvelle voie des nationalistes

À lire aussi
Le Parlement européen en 2017 élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

Le FLNC avait annoncé le 25 juin 2014 qu'il mettait un terme aux attentats en s'engageant dans un "processus progressif de démilitarisation" pour favoriser la mise en oeuvre des réformes politiques votées par l'Assemblée de Corse, dont la majorité est de gauche. Ces réformes concernent notamment la co-officialité de la langue corse, un statut de résident, la fiscalité et des réformes institutionnelles.

Corsica Libera a souligné dans son communiqué s'être "engagé loyalement dans une volonté constructive de recherche d'une solution politique à la faveur de l'importante initiative prise par le FLNC".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Attentats Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants