1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Braquage à Saint-Ouen en 2015 : blessé par balle à la tête, le policier miraculé se confie
2 min de lecture

Braquage à Saint-Ouen en 2015 : blessé par balle à la tête, le policier miraculé se confie

DOCUMENT RTL - Yann Saillour, le policier qui avait reçu deux balles dans la tête lors d'un braquage à Saint-Ouen (Seine Saint-Denis), s'exprime pour la première fois.

Yann Saillour, policier miraculé
Yann Saillour, policier miraculé
Crédit : Guillaume Chièze
Blessé par balle à la tête, un policier miraculé se confie
01:31
Braquage à Saint-Ouen en 2015 : blessé par balle à la tête, le policier miraculé se confie
04:31
Guillaume Chieze & La rédaction numérique de RTL

Yann Saillour, ancien fonctionnaire de la BAC Saint-Denis, a failli mourir en service. Le 5 octobre 2015, ce père de famille de 38 ans avait été gravement blessé à la tête lors d'un braquage à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le braqueur engagé dans une course-poursuite lui a tiré dessus à trois reprises.

La première balle, fait rarissime, est entrée dans le canon de son arme et l'a rendue inactive. La deuxième a traversé sa mâchoire pour ressortir par le nez, la troisième s'est logée dans le cerveau. Plongé dans un long coma, il survit. Aujourd'hui, plusieurs éclats de balle sont encore dans sa tête. Les séquelles sont lourdes. "J'ai tout le côté droit de ma vision qui est amputé. Je ne vois rien. Je ne peux plus conduire et la lecture c'est très difficile. Je lis comme un gamin de primaire. (...) On se remet tout doucement, mais le plus dur est derrière moi", raconte-t-il, chez lui à Caen (Calvados), au micro de RTL.

Deux ans plus tard, le policier a quelques souvenirs du terrible drame. "Ça va très vite", dit-il dans un premier temps, avant d'évoquer le dernier coup de feu qui aurait pu lui être fatal : "Là c'est le choc, le chaos. Je suis allongé au sol. Tout ce que je vois, c'est que ça s'active autour de moi. Et après, voilà, on m'a mis dans le coma".

Toujours policier

Au cours de sa rééducation, le policier se retrouve face à des victimes de l'attentat de novembre 2015 au Bataclan. Depuis un mois, Yann Saillour a réintégré la police nationale à Caen, affecté à mi-temps à la formation. Il est heureux de pouvoir renfiler l'uniforme. "Mentalement, ça fait du bien. Pendant presque deux ans, je n'avais presque que des blouses blanches autour de moi. (...) Mon grand regret, c'est que je ne pourrai plus être sur la voie publique. J'ai beaucoup de peine pour cela. La voie publique, c'était toute ma vie".

À écouter aussi

À l'époque, l'affaire Yann Saillour avait créé un immense mouvement de protestation chez les policiers qui s'étaient fortement mobilisés sous les fenêtres de la Garde des Sceaux. L'agresseur du brigadier, abattu ce jour-là, était un multirécidiviste en fuite depuis une permission accordée pour récupérer un document. Il était également fiché S. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur avait, lui, pris le cas de Yann Saillour très à cœur, rendant visite quasi quotidiennement au fonctionnaire, même après les attentats du 13 novembre. Les deux complices de l'agresseur ont été condamnés le 12 octobre à 12 ans de prison ferme chacun.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/