1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat en Isère : Yassin Salhi a fait l'objet d'un suivi pendant deux ans
2 min de lecture

Attentat en Isère : Yassin Salhi a fait l'objet d'un suivi pendant deux ans

REPLAY - Les services de renseignement ont édité une fiche S afin de suivre les déplacements d'un individu. Yassin Salhi, suspect de l'attentat dans l'usine Air Products, a fait l'objet de ce suivi purement administratif, pendant deux ans.

À Saint-Quentin-Fallavier en Isère, Yassin Salhi est suspecté d'avoir commis un attentat dans l'usine Air Products, vendredi 26 juin 2015.
À Saint-Quentin-Fallavier en Isère, Yassin Salhi est suspecté d'avoir commis un attentat dans l'usine Air Products, vendredi 26 juin 2015.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Attentat en Isère : Yassin Salhi a fait l'objet d'un suivi pendant deux ans
03:37

La sanglante dérive de Yassin Salhi. De Pontarlier, où il est né il y a 35 ans, à Saint-Quentin-Fallavier, où il est suspecté d'avoir tué et décapité son patron vendredi 26 juin, comment ce voisin poli, discret et ce père de famille décrit par sa femme comme normal s'est mué en terroriste ? Était-il si indétectable ?

Il a été signalé à de multiples reprises. Il est le fruit d'une lente maturation et comme tous les autres terroristes qui ont frappé en France avant lui, il a eu ses modèles et ses guides. En 2003 quand il apparaît pour la première fois dans des documents des services de renseignement, il fait partie du groupe Salvi, du nom d'un converti qui anime un petit groupe de musulmans radicaux sur Pontarlier.

la fiche S, une balise invisible

Yassin est jeune. Il a 23 ans et un BEP d'électrotechnique en poche. Avec ses amis, il veut prendre possession de la mosquée Philippe Grenier qu'ils jugent trop modérée. L'année suivante, son mentor Fréderic Salvi quitte la région et la France. Yassin se fait plus discret sur Pontarlier.


En 2006, on retrouve la trace d'une fiche "S"  le concernant. C'est une fiche d'alerte, une sorte de balise invisible que l'on pose sur quelqu'un. À chaque fois qu'il est contrôlé par la police ou qu'il se déplace à l'étranger, les services de renseignement qui ont édité la fiche sont censés en être informés. Yassin Salhi a fait l'objet de ce suivi purement administratif pendant deux ans.

Une lente radicalisation

À lire aussi

En 2011, d'après les déclarations du procureur François Molins, il est de nouveau repéré dans la mouvance salafiste. Il habite alors Besançon et est inscrit à Pôle Emploi. Il est vu aux côtés de musulmans qualifiés de "durs" mais n'est toujours pas un meneur aux yeux des autorités. En janvier 2013, une note évoque sa présence près de la mosquée de Pontarlier. Il collecte de l'argent pour la construction d'un centre islamique à Besançon. Avec lui, un ancien imam local, un rigoriste baptisé l'émir et un autre homme de huit ans son aîné au profil inquiétant qui a voyagé en Algérie. Au Pakistan, il a été soupçonné de liens avec le GIA Algérien.
 
Il n'est pas interdit de faire la quête. Les services de renseignement font leur travail, repère et détecte. La preuve lorsqu'une voisine de Yassin alerte les autorités l'an dernier sur les signes de radicalisation qu'elle observe. Les services rédigent une nouvelle note aux accents inquiétants. Il y est question des absences régulières et longues de Yassin vers des destinations inconnues et surtout de curieuses réunions avec des hommes vêtus de treillis.

Comme pour Mohamed Merah et les frères Kouachi, on voit des choses mais il faut ensuite évaluer la menace. C'est comme un tamis : on ne surveille vraiment que les gros. La DGSI ne peut pas suivre tout le monde. Elle avait mis Yassin Salhi sur ses listes mais n'effectuait aucune enquête particulière. "Un salafiste ne fait pas toujours un terroriste", résumait un policier comme pour enterrer toute forme de polémique. Reste maintenant à vérifier que d'autres éléments sur la radicalisation de Yassin n'aient pas complètement échappé aux autorités.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/