2 min de lecture Orléans

Attentat déjoué à Orléans : "Ce n'était pas un lascar", dit un ami de Karim, l'un des suspects interpellés par le DGSI

REPLAY / TÉMOIGNAGE - La DGSI a déjoué un attentat à Orléans. Deux hommes, en contact avec jihadiste français en Syrie, ont été interpellés. Ils étaient connus des services de police.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi
>
Attentat déjoué à Orléans : "Ce n'était pas un lascar", dit un ami de Karim, l'un des suspects interpellés par le DGSI Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens et Marie-Pierre Haddad

Un projet d'attentat, visant les forces de l'ordre, a été déjoué à Orléans. Deux hommes, âgés de 24 et 25 ans, deux hommes ont été interpellés. Ils seraient en contact avec un jihadiste français en Syrie. Selon les enquêteurs, le projet funeste était à un stade déjà bien avancé. Les suspects avaient réuni une importante somme d'argent sur un compte bancaire afin d'acheter plusieurs fusils d'assaut. Ils étaient également en contact très avancé avec un fournisseur. Les trois cibles visés étaient le commissariat central d'Orléans, une caserne militaire et une gendarmerie de la région. 

Les deux hommes traînaient régulièrement ensemble dans les bars du centre-ville. Rodrigue, catholique d'origine togolaise s'était récemment converti à l'islam avant de se radicaliser. Karim s'est alors peu à peu distancé des fréquentations de son quartier, Mohammed, son ami, a vu son comportement totalement changer ces dernières années. 

Il me disait toujours qu'un jour il ferait des trucs aux policiers

Mohammed, un ami du suspect arrêté à Orléans
Partager la citation

"Ils se suivaient mutuellement. Le seul pote qu'il avait c'était Rodrigue. À un moment il ne parlait à personne, il était toujours tout seul. Il me disait toujours qu'un jour il ferait des trucs aux policiers. J'ai vu le changement parce que du jour au lendemain sa barbe a poussé. Religion, religion, religion. Franchement ce qu'il voulait faire, ce n'est pas bien", confie-t-il à l'antenne de RTL. Connu des services de police pour de petits trafics, Karim enchaînait les missions d'intérim et vivait chez ses parents avec qui il était en conflit. Ce jeudi matin, son ami cherche toujours à comprendre comment il a pu basculer. 

À lire aussi
Un officier de police (illustration) faits divers
Orléans : une femme poignardée à mort, le meurtrier toujours recherché

"Ce n'était pas un lascar, ce n'est pas un mec qui traînait avec n'importe qui. Un mec calme, qui même quand ça ne va pas a toujours le sourire. Après, ce qui l'a poussé à faire ces choses-là, c'est qu'il est tombé sur un mec qui l'a détourné. Qui est cette personne, je ne sais pas", explique-t-il. Les deux hommes étaient en contact avec un jihadiste français basé en Syrie, il pourrait être le possible commanditaire de ce projet d'attentat mais son rôle précis reste à déterminer par les enquêteurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Orléans Attentat Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781002693
Attentat déjoué à Orléans : "Ce n'était pas un lascar", dit un ami de Karim, l'un des suspects interpellés par le DGSI
Attentat déjoué à Orléans : "Ce n'était pas un lascar", dit un ami de Karim, l'un des suspects interpellés par le DGSI
REPLAY / TÉMOIGNAGE - La DGSI a déjoué un attentat à Orléans. Deux hommes, en contact avec jihadiste français en Syrie, ont été interpellés. Ils étaient connus des services de police.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/attentat-dejoue-a-orleans-ce-n-etait-pas-un-lascar-dit-un-ami-de-karim-l-un-des-suspects-interpelles-par-le-dgsi-7781002693
2015-12-24 07:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PQl6ypWGn5Hj1rtGQFbFtQ/330v220-2/online/image/2015/1016/7780123572_une-voiture-de-police-a-paris-le-9-fevrier-2015.jpg