1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Après la mort d'un migrant, la sécurité du tunnel sous la Manche mise en doute
1 min de lecture

Après la mort d'un migrant, la sécurité du tunnel sous la Manche mise en doute

REPLAY - Malgré les moyens mis en oeuvre par les forces de l'ordre, les tentatives d'intrusion se multiplient dans le tunnel sous la Manche.

Un train sort du tunnel sous la Manche.
Un train sort du tunnel sous la Manche.
Crédit : AFP
La sécurité du tunnel sous la Manche
01:08
Franck Antson & Charlie Vandekerkhove

Pour autant qu'on sache, ça n'était jamais arrivé : un migrant est mort, hier, dans le tunnel sous la Manche en essayant de rallier la Grande-Bretagne. Un drame qui repose la question de la sécurité aux abords du tunnel. Ces dernières semaines, les tentatives d'intrusion se sont multipliées. Le week-end dernier, environ 150 migrants ont tenté d'accéder au quai d'embarquement avant d'être repoussés à l'extérieur. Cette fois, ils étaient une quarantaine et l'un d'eux a vraisemblablement été percuté par le train dans lequel il essayait de monter.

Depuis 20 ans, la sécurité a toujours été une des priorités sur le terminal du tunnel sous la Manche. Un site hautement sensible. Face à l'augmentation de la pression migratoire, 12 millions d'euros ont été investis l'an dernier pour renforcer le dispositif.

Des intrusions qui se multiplient

Présence permanente de militaires, caméras de vidéosurveillance, scanner, pour détecter d'éventuels clandestins… Malgré cela, les intrusions sur le site se multiplient, souvent organisées. "Nous avons à faire à des migrants qui communiquent par portable, et qui n'hésitent plus à passer à travers les grillages, ou sur les voies", déplore un agent. Le groupe Eurotunnel estime que les forces de l'ordre sont désormais insuffisantes, et en appelle à l'Etat, comme l'explique Stéphane Sauvage, secrétaire du CE et délégué FO : "On est complètement débordés, il y a des vigiles, des caméras, des barbelés, mais normalement, la sûreté, pour tout ce qui concerne les intrusions, revient à l'État. On lance un appel à renforcer les effectifs policiers, pour que la zone d'Eurotunnel soit protégée."

La Préfecture rappelle qu'un millier de policiers et gendarmes sont affectés à la sécurisation du secteur de Calais, autour du port et du tunnel, avec cinq unités mobiles en renfort. Des moyens qui n'effrayent plus les candidats à l'exil, contraints à prendre toujours plus de risques. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/