2 min de lecture Justice

Affaire Tarnac : Julien Coupat, l'élève brillant devenu l'incarnation de l'ultra-gauche

PORTRAIT - Julien Coupat, longtemps considéré comme le visage du terrorisme de la gauche radicale, est jugé à partir de ce mardi 13 mars dans l'affaire Tarnac, petit village de Corrèze.

Julien Coupat arrive à son procès le 13 mars 2018, à Paris
Julien Coupat arrive à son procès le 13 mars 2018, à Paris Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

Chef d'une "cellule terroriste d'ultra-gauche" pour les uns, bouc-émissaire d'un état policier pour d'autres... Le très discret Julien Coupat, jugé à partir de ce mardi 13 mars dans l'affaire de Tarnac, est devenu en dix ans l'incarnation d'une mouvance contestataire radicale.

Aujourd'hui âgé de 43 ans, tempes grisonnantes et lunettes rondes, il a donné vie au visage figé - une photo de surveillance policière qui a tourné en boucle dans les médias pendant dix ans - en témoignant dans l'émission Envoyé Spécial. Son regard sévère personnifiait la "menace" de la mouvance d'"ultra-gauche" brandie par le pouvoir lors des arrestations menées notamment dans une ferme de Tarnac, après des dégradations sur des lignes TGV.

Pour le procureur de Paris à l'époque Jean-Claude Marin, Julien Coupat était "le dirigeant d'une structure à vocation terroriste". Les autorités voyaient dans la "cellule invisible" de Tarnac un Action Directe en puissance, en référence au groupe armé d'extrême gauche des années 1970-1980. 

À lire aussi
Des policiers face à des "gilets jaunes" à Valenciennes justice
"Gilets jaunes" : signalement de la police après des incidents racistes en Charente

Il fallait absolument personnaliser, peopleliser cette affaire pour la vendre

David Dufresne, auteur du livre "Tarnac, Magasin Général"
Partager la citation

Après neuf ans d'une enquête contestée menée sur une qualification terroriste, la justice jugera finalement Julien Coupat, et sept autres prévenus, en correctionnelle. Il comparaîtra notamment pour "participation à une association de malfaiteurs". "Dans l'imaginaire policier, il fallait un chef. Il fallait absolument personnaliser, peopleliser cette affaire pour la vendre. C'était assez commode de le prendre, lui : intellectuel, ancien éditeur, sans téléphone portable... Ça rentrait dans le fantasme", estime le journaliste David Dufresne, auteur du livre Tarnac, Magasin Général

Un esprit "brillant"

Militant assumé, Julien Coupat a toujours cultivé le secret, érigé en principe de vie dans les milieux de la gauche radicale. Son parcours n'a désormais plus rien de secret. Ce fils de médecin et d'une cadre de l'industrie pharmaceutique de Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, a d'abord suivi un cursus à l'Essec, prestigieuse école de commerce parisienne, avant d'étudier le situationnisme de Guy Debord à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est unanimement décrit comme un esprit "brillant".

Farouchement anti-système, il figurait parmi les fondateurs de Tiqqun, éphémère revue philosophique critique et radicale. Outre ses écrits, il a participé à diverses actions, parfois violentes. À l'étranger, il rencontre également de nombreux militants, ce qui lui vaut une surveillance policière bien avant novembre 2008.

C'est un philosophe situationniste, pas un terroriste

Le père de Julien Coupat
Partager la citation

Avec une dizaine d'amis, il a acheté en 2005 le Goutailloux, une ferme à Tarnac. "Une auberge espagnole, une alternative avec un esprit proche de la Commune", décrit David Dufresne. Un lieu de conspiration, pour les renseignements. "Il consacre sa vie au militantisme, à réfléchir, écrire. C'est un philosophe situationniste, pas un terroriste", assure son père.

Plus récemment, les services de renseignement assurent que Julien Coupat a récemment tenté, en vain, de piloter la contestation autour de la loi Travail, réagitant dix ans après "le spectre de l'ultra-gauche". Dans l'émission Envoyé Spécial, sur France 2, il a formellement démenti cela. "On est derrière rien, on est avec : avec la ZAD, avec le mouvement contre la loi Travail, avec tout ce qui tôt ou tard se dressera face à Macron", a affirmé celui qui est aujourd'hui metteur en scène de théâtre en Corrèze.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792607359
Affaire Tarnac : Julien Coupat, l'élève brillant devenu l'incarnation de l'ultra-gauche
Affaire Tarnac : Julien Coupat, l'élève brillant devenu l'incarnation de l'ultra-gauche
PORTRAIT - Julien Coupat, longtemps considéré comme le visage du terrorisme de la gauche radicale, est jugé à partir de ce mardi 13 mars dans l'affaire Tarnac, petit village de Corrèze.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/affaire-tarnac-julien-coupat-l-eleve-brillant-devenu-l-incarnation-de-l-ultra-gauche-7792607359
2018-03-13 15:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SxVnclDB5i5e2bIY--F4UA/330v220-2/online/image/2018/0313/7792609883_julien-coupat-arrive-a-son-proces-le-13-mars-2018-a-paris.jpg