2 min de lecture Bernard Tapie

Affaire de l'arbitrage : Bernard Tapie chez les juges

Bernard Tapie a été interrogé par les juges financiers sur l'arbitrage controversé qui lui avait accordé plus de 400 millions d'euros.

Bernard Tapie
Bernard Tapie Crédit : AFP / Jacques Demarthon
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Bernard Tapie a été interrogé mardi 10 mars par les juges financiers chargés de l'enquête sur l'arbitrage controversé qui avait accordé plus de 400 millions d'euros à l'homme d'affaires pour régler son litige avec le Crédit lyonnais, de sources proches du dossier.

Il s'agit du premier interrogatoire de Bernard Tapie par les magistrats sur le fond du dossier. Mi-février, la justice a annulé cet arbitrage, rendu en juillet 2008 pour mettre fin à une longue bagarre sur la vente d'Adidas, que Bernard Tapie avait racheté avant de s'en défaire en 1993.Les juges d'instruction soupçonnent que cette sentence de 2008 ne soit le fruit d'un "simulacre d'arbitrage".

Relations cachées entre Tapie et l'ancien magistrat Pierre Estoup

Les juges s'interrogent notamment sur les relations anciennes et cachées entre Bernard Tapie, un de ses avocats, Maurice Lantourne, et un des trois juges arbitres, l'ancien magistrat Pierre Estoup. Des liens susceptibles de jeter le doute sur l'impartialité de ce dernier.

Une source judiciaire relève ainsi les "relations antérieures vieilles d'environ dix ans" entre Pierre Estoup et Maurice Lantourne ainsi que les "relations professionnelles entre les trois" hommes qui ont été mis en examen mi-2013 pour escroquerie en bande organisée.

Dédicace d'un livre compromettante

À lire aussi
Bernard Tapie, lors d'une conférence à Liège en septembre 2018 justice
Arbitrage Tapie : la justice place ses sociétés en liquidation judiciaire

À l'appui de leur thèse, les juges ont versé au dossier la dédicace d'un de ses livres faite par Bernard Tapie à Pierre Estoup dès 1998, ou encore des échanges de courriers entre le camp Tapie et l'ancien magistrat dès 2006, soit avant l'arbitrage, ce que dément Pierre Estoup.

"La dissimulation de ces liens anciens, étroits et répétés participe de l'accomplissement du dessein ourdi par l'arbitre de concert avec Bernard Tapie et son représentant, de favoriser au cours de l'arbitrage les intérêts de cette partie", avaient estimé en janvier des magistrats de la cour d'appel de Paris pour confirmer la mise en examen de l'homme d'affaires. La cour d'appel estimait que "l'existence de relations antérieures de proximité directes ou indirectes entre les trois personnes ne (pouvait) être déniée". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernard Tapie Arbitrage Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants