1 min de lecture Justice

Accusé de pédophilie, le père Preynat est réduit à l'état laïc

Le père Bernard Preynat, accusé d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts de la région lyonnaise avant 1991, a été condamné jeudi à un "renvoi de l'état clérical", soit la plus lourde peine que peut prononcer la justice de l'Église.

Une personne médite devant une messe dirigée par le père Eric De Nattes pour rendre hommage aux victimes d'agressions sexuelles perpétrées par le père Preynat, le 7 novembre 2016 à l'église de Saint-Luc à Foy-les-Lyon.
Une personne médite devant une messe dirigée par le père Eric De Nattes pour rendre hommage aux victimes d'agressions sexuelles perpétrées par le père Preynat, le 7 novembre 2016 à l'église de Saint-Luc à Foy-les-Lyon. Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Il n'est désormais plus prêtre aux yeux de l'Église. Bernard Preynat, accusé d'avoir commis des agressions sexuelles sur plusieurs jeunes scouts dans le diocèse de Lyon avant 1991, a été renvoyé de l'état clérical par la justice ecclésiastique. C'est la plus lourde peine que peuvent prononcer les juges de l'Église au terme d'un procès canonique. 

"Au regard des faits et de leur récurrence, du grand nombre de victimes, du fait que l'abbé Bernard Preynat a abusé de l'autorité que lui conférait sa position au sein du groupe scout (...), le tribunal a décidé de lui appliquer la peine maximale", a détaillé le tribunal ecclésiastique dans un communiqué dont l'AFP a obtenu copie. 

Bernard Preynat redevient donc un laïc, à moins qu'il n'interjette d'ici un mois un appel qui serait suspensif. Il n'a plus le droit de célébrer la messe, ni aucun autre sacrement. Ce qu'il ne faisait d'ores-et-déjà plus publiquement, n'ayant plus aucune fonction au sein du diocèse de Lyon. Il devrait être jugé dans les prochains mois par la justice civile pour ce mêmes faits. 

Une culpabilité "désormais reconnue"

Sa culpabilité "étant désormais reconnue", le tribunal "pourra désormais se consacrer plus entièrement à l'étude de chacune des demandes de réparations financières des victimes", souligne celui-ci. "Ils sont contraints d'arriver à une décision qu'ils auraient toujours dû prendre", a réagi François Devaux, cofondateur de l'association de victimes La Parole Libérée. 

À lire aussi
Des voitures de police (illustration) justice
Vaucluse : cinq mineurs mis en examen pour "séquestration, viol et torture" d'un retraité

Les agissements du père Preynat ont par effet de ricochet éclaboussé le cardinal Barbarin, condamné en mars à six mois de prison avec sursis pour ne pas l'avoir dénoncé à la justice. Ce dernier avait fait appel et avait alors remis sa démission au Pape. 

Le chef de l'Église avait refusé, invoquant la présomption d'innocence. Philippe Barbarin s'est néanmoins mis en retrait de la gestion du diocèse, et un administrateur apostolique a été nommé le 24 juin dernier pour le remplacer. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Pédophilie Église
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants