1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Accident de Puisseguin : un réservoir du camion mis en cause
1 min de lecture

Accident de Puisseguin : un réservoir du camion mis en cause

Selon les informations du "Parisien", le second réservoir du camion avec lequel le car est entré en collision n'était pas homologué. Il serait grandement responsable de l'incendie.

L'avant de l'autocar calciné qui est entré en collision avec un camion à Puisseguin (Gironde) le 23 octobre 2015
L'avant de l'autocar calciné qui est entré en collision avec un camion à Puisseguin (Gironde) le 23 octobre 2015
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Accident de car de Puisseguin : le camion responsable de l'incendie
01:31
Marion Ferrère & La rédaction numérique de RTL

C'est l'accident de car le plus meurtrier en France depuis 35 ans. En 2015, la collision entre un autobus et un camion fait 43 morts à Puisseguin, en Gironde. Le Parisien révèle aujourd'hui que les experts du Bureau Enquête Accident (BEA) pointent du doigt le second réservoir du camion : celui-ci n'était pas homologué.

Placé à l'arrière de la cabine conducteur, ce second réservoir s'est lui aussi rompu lors de l'impact. Ses 375 litres de gazole se sont alors déversés, augmentant de 70% la quantité de carburant. C'est ensuite le frottement des pièces métalliques et électriques lors du choc qui ont provoqué l'incendie.

Quant à la rapidité à laquelle le feu s'est propagé, les experts pointent du doigt les matériaux de construction du bus. Selon eux, les normes encadrant ces derniers sont bien inférieures à celles exigées pour les bateaux, avions ou encore trains.

Ce rapport de 120 pages, consulté par Le Parisien, souligne aussi un problème de freinage du côté droit du camion. Ceci expliquerait qu'il se soit trouvé en portefeuille dans le virage au moment de la collision. La vitesse du poids lourd, estimée à 70 km/h, est aussi jugée trop élevée pour ce virage serré. Le bureau d'études recommande d'ailleurs au Conseil départemental de Gironde d'abaisser la vitesse à 50 km/h à cet endroit au lieu des 90 km/h autorisées actuellement.

À lire aussi

Lors de l'accident, l'autocar s'était complètement embrasé. Les rescapés parlent d'un véritable brasier : il ne restait plus que la structure métallique du bus.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/