1 min de lecture Accident

Accident dans l'Allier : "les comportements humains plus que la route, causent les accidents", dit Emmanuel Barbe

REPLAY / INVITÉ RTL - Un accident a fait 12 morts sur la RCEA, considérée comme la route la plus dangereuse de France.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Accident dans l'Allier : "les comportements humains plus que la route, causent les accidents", dit Emmanuel Barbe Crédit Image : THIERRY ZOCCOLAN / AFP | Crédit Média : Vincent Parizot,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Christelle Rebière

Douze Portugais sont décédés dans un accident de la route dans la nuit du 24 au 25 mars. Pour une raison encore inconnue, un minibus s'est déporté sur la gauche, venant percuter un poids-lourd. L'accident s'est produit peu avant minuit sur la commune de Montbeugny, près de Moulins dans l'Allier, sur la route nationale 79, une portion de la RCEA (Route Centre-Europe-Atlantique), surnommée la "route de la mort" et considérée comme la route la plus dangereuse de France

Si les accidents ne sont pas plus élevés que dans le reste du pays, ils sont, en revanche, deux fois plus graves. "Il faut faire attention avant d'incriminer la route. La plupart du temps, ce n'est pas la route qui provoque les accidents mais à 90% les comportements humains", explique Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Il pointe des attitudes au volant très risquées : des excès de vitesse, des dépassements dangereux, des franchissements de lignes blanches ou encore le non-respect des distances de sécurité.

Les autorités locales ne veulent pas des 80km/h

Des travaux engagés par l'État depuis 2013 pour sécuriser cette route devraient s'achever en 2025. "Ça prend du temps car il y a des contraintes". Emmanuel Barbe explique que des petites balises en plastique placées entre les deux voies "doivent être changées tous les mois puisque les gens passent leur temps à rouler dessus". L'État a voulu abaisser la vitesse de 90 à 80km/h. "Les autorités locales, que ce soit le préfet ou la gendarmerie, s'y sont refusées avec beaucoup d'énergie en nous disant que compte tenu de la façon dont ça se déroule, 'nous avons peur de toute une série de comportements qui seraient encore plus dangereux que le gain que l'on peut attendre d'une baisse de la vitesse'". précise Emmanuel Barbe. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Accident Sécurité routière Allier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants