1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Abdelhakim Dekhar : 25 ans de prison requis contre "un loser doublé d'un lâche"
1 min de lecture

Abdelhakim Dekhar : 25 ans de prison requis contre "un loser doublé d'un lâche"

L'avocat général a requis 25 ans de réclusion criminelle contre le "tireur fou de 'Libé'", jugé aux assises pour son périple armé à Paris en novembre 2013 au cours duquel il avait grièvement blessé un assistant photographe au siège de "Libération".

Abdelhakim Dekhar lors de son procès aux assises de Paris vendredi 17 novembre 2017
Abdelhakim Dekhar lors de son procès aux assises de Paris vendredi 17 novembre 2017
Crédit : Benoit PEYRUCQ / AFP
25 ans de prison requis contre Abdelhakim Dekhar
01:36
Guillaume Chieze & La rédaction numérique de RTL & AFP

"Il voulait tuer par dépit social". Dans son réquisitoire à la cour d'assises de Paris, ce vendredi 24 novembre, l'avocat général a lancé une charge sans complaisance à l'égard d'Abdelhakim Dekhar et requis 25 ans de réclusion criminelle à l'égard du "tireur fou de Libé". En novembre 2013, ce dernier avait sérieusement blessé un photographe du quotidien Libération au cours d'un périple armé qui avait semé la panique à Paris pendant plusieurs jours.

Au dernier jour du procès, l'avocat général a démonté un à un les arguments de l'accusé. Sur le banc, Dekhar est resté impassible, les bras croisés, y compris lorsque le magistrat a abordé l'intime pour tenter de trouver un mobile à ses actes. "Il y a un magma dans le cerveau de Dekhar, un mélange de conscience politique, de ressentiment contre la société et un contexte suicidaire. Dekhar, c'est une succession d'échecs", a déclaré l'avocat général. 

Ces échecs sont d'ordre scolaire, professionnel, familial et conjugal, et l'ont conduit peu à peu à nourrir une détestation de la société. Pour la sœur de l'accusé citée par l'avocat général, "Abdelhakim est un loser doublé d'un lâche sans aucune idéologie". Le coup fait mal : à la prononciation de cette phrase, Dekhar détourne le regard. "Il ne voulait pas d'une mort romantique, comme il l'affirme, les armes à la main, abattu par la police. Non, conclut l'avocat général. Il voulait simplement tuer par dépit social."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/