1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Washington : la manifestation néo-nazie dépassée par les militants antiracistes
1 min de lecture

Washington : la manifestation néo-nazie dépassée par les militants antiracistes

Un an après Charlottesville, la poignée de suprémacistes blancs qui s'était donné rendez vous Square Lafayette s'est dissoute au bout d'une demi-heure, sous la pression des contre-manifestants.

Contre-manifestation antiraciste en opposition au défilé néo-nazi à Wahsington, le 13/08/2018
Contre-manifestation antiraciste en opposition au défilé néo-nazi à Wahsington, le 13/08/2018
Crédit : Daniel SLIM / AFP
Benjamin Hourcade & AFP

Ils avaient reçu l'autorisation pour un cortège de 400 personnes, mais seule une vingtaine de suprémacistes blancs sont venus à Washington. Prévue pour durer de 17h30 à 19H30, la manifestation s'est dissoute à 18H00. Les manifestants ont été accueillis par au moins 300 militants antiracistes qui leur ont crié "Honte à vous" et "Partez de ma ville".

Parmi les suprémacistes figurait Jason Kessler, organisateur de l'événement et déjà à l'origine du rassemblement de l'an dernier à Charlottesville, qui avait fait un mort après de violents heurts. Il avait demandé à défiler de nouveau à Charlottesville, mais la municipalité a refusé.

Pour empêcher tout contact entre manifestants et contre-manifestants, un important dispositif policier avait été mis en place, avec plusieurs artères interdites à la circulation. Des centaines de contre-manifestants, dont des antifas, avaient commencé à se rassembler dès le début d'après-midi, brandissant notamment des pancartes disant "Non aux nazis, non au Ku Klux Klan, non à une Amérique fasciste".

De son côté Jason Kessler avait affirmé prendre ses distances avec la mouvance néonazie. "Je ne veux pas de néonazis à mon rassemblement", avait-il assuré, "ils ne sont pas les bienvenus". Il a néanmoins expliqué vouloir défendre les droits de la population blanche, qu'il estime "sous-représentée".

À écouter aussi

La fille du président, Ivanka Trump, a écrit plus tôt dans la journée sur Twitter qu'il n'y avait "pas de place pour le suprémacisme blanc, le racisme et le néonazisme dans notre grand pays". Elle est ainsi allée plus loin que son père, qui avait dit samedi "condamner tous les types de racisme et actes de violence", mais sans désigner l'extrême droite ou les néonazis.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire