1 min de lecture Manifestations

VIDÉO - Pourquoi des affrontements éclatent-ils au Nicaragua ?

1.300 blessés et 121 personnes tuées sont à déplorer au Nicaragua, depuis le début d'une vague de protestations, lancée mi-avril contre le gouvernement de Daniel Ortega, déclenchée par une réforme de retraites et abandonnée depuis.

>
Nicaragua : de violentes manifestations contre le président Ortega éclatent dans le pays Crédit Image : INTI OCON / AFP | Crédit Média : Luis Sequeira / AFPTV / AFP | Date :
Kathleen Franck
et AFP

La goutte d'eau fait déborder le vase. Daniel Ortega, le président du Nicaragua, voit le vent tourner depuis la mi-avril. Il y a deux mois, celui-ci a souhaité réformer le système des retraites en vigueur par décret présidentiel, afin de baisser de 5% les pensions de retraite pour rembourser la dette de la Sécurité sociale, évaluée à 76 millions de dollars.

Mais la réforme a tourné court et a finalement été abandonnée. Pour cause : la décision politique a été ébranlée par une vague de manifestations, se transformant en répression policière. 28 morts ont été déplorés dès les cinq premiers jours de mobilisation.

Depuis, la colère ne faiblit pas. Le mouvement s'est transformé en vaste campagne de rejet contre le chef d'État, au motif que celui-ci bride les libertés et confisque le pouvoir. De son côté, Ortega dénonce une "conspiration de l'opposition" qui chercherait à le renverser, alors que ses opposants l'accusent de faire appel à des groupes de civils armés.

Une "guerre sale"

La militante des droits de l'homme et de l'environnement Bianca Jagger -qui fut la première épouse de la rock star Mick Jagger- a participé début juin à la présentation d'un rapport d'Amnesty International sur la situation préoccupante au Nicaragua. Elle et Erika Guevara-Rosas, la directrice d'Amnesty international pour les Amériques, ont affirmé avoir été témoins d'une attaque par des groupes pro-gouvernement contre des étudiants retranchés dans une université. 

À lire aussi
Une manifestation de jeunes Irakiens à Bagdad, le 17 novembre 2019. crise politique
Irak : ils reprennent "Bella Ciao" en arabe pour protester contre le régime

Elles plaident pour la fin de cette "guerre sale", et demandent activement la démission de Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007, et de Rosario Murillo (son épouse, mais aussi la vice-présidente du pays). Pour l'instant, si les négociations ne reprennent pas au Nicaragua pour organiser la trêve des affrontements, le pays risque de tomber dans la guerre civile. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Vidéo International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants