2 min de lecture Homosexualité

Vatican : la nomination très compliquée du nouvel ambassadeur homosexuel de France

La nomination de Laurent Stefanini cause quelques remous au Vatican ; en cause l'homosexualité du diplomate.

Laurent Stefanini, le 10 avril 2015
Laurent Stefanini, le 10 avril 2015 Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Pas si libéral que ça le pape François ? La France et le Vatican se livrent à un bras de fer diplomatique dans l'ombre depuis quelques jours. L'objet de la bataille : la nomination du prochain ambassadeur de France au Saint-Siège afin de remplacer Bruno Joubert, dont le mandat arrive à son terme. Le nom proposé par l'Élysée est celui de Laurent Stefanini, un catholique pratiquant de 54 ans, chef du protocole au Quai d'Orsay et qui connaît bien l'ambassade romaine dans laquelle il a officié comme numéro deux pendant près de quatre ans entre 2001 et 2005. Mais le Vatican ne semble pas ravi par cette proposition puisque Laurent Stefanini est homosexuel.

Si certains médias parlent de refus pur et simple du Vatican, les sources du Figaro dans la Ville Éternelle restent plus nuancées. Selon le quotidien, "la question embarrasse certes l'Église mais la décision n'est pas encore prise". Si la nomination de Laurent Stefanini a été confirmée par l'Élysée, c'est la réponse de l'État pontifical qui se fait attendre. Le Saint-Siège est habitué aux difficultés de nominations liées à la vie privée d'ambassadeurs. Une règle coutumière dispose que les ambassadeurs près du Vatican doivent être "en situation régulière". Ils ne doivent pas être divorcés, pacsés, ou militants de la cause LGBT par exemple. Deux précédentes nominations ont été rejetées il y a quelques années. Ainsi, en 2007, Paris avait successivement proposé comme ambassadeur près le Saint-Siège l'écrivain Denis Tillinac et le diplomate Jean-Loup Kuhn-Delforge. Le premier était divorcé et remarié ; le second était pacsé avec son compagnon. En revanche Laurent Stefanini n'est ni pacsé, ni marié et il n'évoque pas sa vie privée publiquement ; sa situation pourrait être considérée comme "régulière".

Une lutte d'influence

Sa candidature est particulièrement solide et elle offrirait aussi au pape François la possibilité de mettre en pratique ses déclarations d'ouverture. Comme le cardinal Tauran à Rome, le cardinal André Vingt-Trois a soutenu la candidature de Laurent Stefanini ; il est même celui qui "a conféré le sacrement de confirmation en 1998", rappelle le Figaro. S'il a des soutiens, sa candidature peut irriter des esprits plus traditionalistes. Ludovine de la Rochère, chef de file de la "Manif pour Tous", a été perçue comme l'éminence grise derrière la méfiance voire le refus du Vatican. Contactée par nos confrères du Figaro elle dément : "C'est une affirmation extrêmement grave contre la 'Manif pour Tous', qui est totalement contradictoire avec notre travail, nos prises de positions et notre messages. L'un de nos porte-parole est homosexuel. Nous récusons toute homophobie et rejet d'une personne pour son orientation homosexuelle car nous défendons le respect de la vie privée".

La situation reste délicate pour le Vatican. Afin d'éviter tout scandale, le Saint-Siège a demandé à Laurent Stefanini, par la voix du nonce apostolique en France, de retirer sa candidature. L’intéressé a répliqué par une lettre au Pape en expliquant que cette nomination ne lui appartenait pas plus que son orientation sexuelle était un choix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Homosexualité Religions Vatican
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants