1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Turquie : Erdogan dit q'il a déménagé dans son luxueux palais à cause des cafards
1 min de lecture

Turquie : Erdogan dit q'il a déménagé dans son luxueux palais à cause des cafards

Inauguré à l'automne, son nouveau palais présidentiel compte un millier de pièces réparties sur 200.000 m2 et a coûté 490 millions d'euros.

Le palais ottoman de Dolmabahçe à Istanbul, qui abrite les bureaux du président Recep Tayyip Erdogan
Le palais ottoman de Dolmabahçe à Istanbul, qui abrite les bureaux du président Recep Tayyip Erdogan
Crédit : MUSTAFA OZER / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

C'est certainement l'excuse la plus étrange qu'un chef d'Etat pouvait donner à ses électeurs pour justifier de l'opulence de son cadre de vie. Des cafards auraient infesté son ancienne résidence. "Quand j'ai pris mes fonctions, la salle de bains de la primature était pleine de cafards. Est-ce qu'un endroit pareil est convenable pour accueillir le Premier ministre de Turquie ?", a plaidé ce dernier lors d'un entretien diffusé vendredi soir sur la chaîne de télévision A Haber.  

Des toilettes en or ?

Inauguré à l'automne, son nouveau palais présidentiel, particulièrement controversé compte un millier de pièces réparties sur 200.000 m2 et a coûté 490 millions d'euros. Lorsque Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre, avait ordonné sa construction, ce bâtiment était destiné à accueillir le chef du gouvernement et ses services. Élu chef de l'État en août 2014, il a décidé d'y installer ses quartiers et cédé l'ancien siège de la présidence à son successeur Ahmet Davutoglu. 

Pendant la campagne pour les élections législatives de dimanche, un chef de l'opposition, Kemal Kiliçdaroglu, a affirmé que le bâtiment était équipé de couvercles de toilettes en or. Le président turc l'a fermement démenti.

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/