1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Think about Syria" : et si Daesh s'attaquait au Louvre ?
2 min de lecture

"Think about Syria" : et si Daesh s'attaquait au Louvre ?

EN IMAGES - Avec ses photomontages qui déplacent les pillages de Daesh dans les capitales occidentales, l'artiste DAALI dénonce l'indifférence face aux destructions des patrimoines irakien et syrien.

La pyramide du Louvre recouverte du drapeau de l'État Islamique, et encerclée de soldats dans le montage de DAALI
La pyramide du Louvre recouverte du drapeau de l'État Islamique, et encerclée de soldats dans le montage de DAALI
Crédit : DAALI / Facebook
La pyramide du Louvre recouverte du drapeau de l'État Islamique, et encerclée de soldats dans le montage de DAALI
Le Parlement de Londres en proie aux flammes dans le montage de DAALI.
Des colonnes de fumée et une ambiance apocalyptique dans un New-York dystopien.
DAALI imagine Paris en ruines et en cendres
La cathédrale Saint-Basile sous les bombes, un photomontage cauchemardesque
La pyramide du Louvre recouverte du drapeau de l'État Islamique, et encerclée de soldats dans le montage de DAALI Crédits : DAALI / Facebook
Le Parlement de Londres en proie aux flammes dans le montage de DAALI. Crédits : DAALI / Facebook
Des colonnes de fumée et une ambiance apocalyptique dans un New-York dystopien. Crédits : DAALI / Facebook
DAALI imagine Paris en ruines et en cendres Crédits : DAALI / Facebook
La cathédrale Saint-Basile sous les bombes, un photomontage cauchemardesque Crédits : DAALI / Facebook
1/1
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

Et si ce n'était pas la ville antique de Palmyre en Syrie, mais Paris, Londres ou Moscou qui étaient ravagées par l'État islamique ? Cette situation cauchemardesque, c'est celle qu'imagine l'artiste DAALI, dans une série de montages photos au réalisme saisissant. 

"Ce n'est pas parce que ça ne se passe pas dans votre pays que ça ne se passe pas", peut-on lire sur les photographies retouchées. Le message est clair, et les images frappantes. On y découvre la pyramide du Louvre recouverte du drapeau de l'État islamique, le Parlement de Londres en proie aux flammes, la cathédrale Saint-Basile à Moscou sous les bombes. Des visions cauchemardesques, qui nous font frissonner... comme devrait nous faire frissonner la destruction des villes syriennes, suggère l'artiste en filigrane.

"Pensez à la Syrie"

"Think about Syria", écrit DAALI sur ses montages. Alors que la destruction de l'antique cité de Palmyre est désormais visible depuis l'espace, le travail de cet artiste "anti-guerre" interroge. Depuis 2014, une dizaine de joyaux archéologiques ont été détruits par l'EI en Syrie et en Irak.

En mars 2015, le musée de Mossoul, qui abritait des centaines d’œuvres millénaires, est démoli au marteau-piqueur, et la bibliothèque de la ville irakienne est incendiée. Le 25 août 2015, le temple de Baalshamin, véritable perle archéologique, est rasé alors qu'une semaine plus tôt, l'ancien directeur des antiquités de Palmyre était décapité par des soldats de Daesh. Et selon les archéologues, les destructions de patrimoine risquent de continuer : plusieurs autres sites historiques majeurs sont actuellement menacés de destructioncomme l'indique une carte interactive réalisée par BFMTV.

Des "crimes de guerre" qui restent impunis

À lire aussi

Mais en dépit de ces destructions massives, les organisations internationales et les états peinent à agir pour enrayer la situation. Dans un communiqué publié en juillet 2015, l'organisation mondiale du patrimoine se dit "de plus en plus inquiète" des dégâts matériels infligés par Daesh et appelle notamment les états concernés par ces pillages à renforcer leur législation pour lutter contre "le trafic illicite de biens culturels". En mars 2015, l'ONU condamnait déjà ces actes de pillages en les qualifiant de "crimes de guerre", sans qu'aucune opération sur le terrain ne soit pour autant mise en place. Pour l'heure, ces destructions restent impunies.

En France, François Hollande s'est dit "consterné et scandalisé" par la destruction d’œuvres d'art en Syrie. Dans une alerte publiée en mars 2015 sur le site de l'Élysée, le président annonçait l'organisation d'une exposition sur la Mésopotamie au Louvre Lens en collaboration avec le musée national d'Irak, dans "un formidable élan de résistance à la barbarie et à l’ignorance des terroristes de Daesh". Qu'aurait fait la France si c'était au Louvre que Daesh s'attaquait ? La question, posée par la série de photos de DAALI, restera probablement sans réponse.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/