1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Tchad : "Ils m'ont déshabillée et prise en photo", confie Zouhoura, victime d'un viol collectif
1 min de lecture

Tchad : "Ils m'ont déshabillée et prise en photo", confie Zouhoura, victime d'un viol collectif

Dans une interview à France 24, Zouhoura révèle les circonstances du viol collectif dont elle a été victime. Le pays, choqué, a alors manifesté pour que justice soit faite.

La police tchadienne
La police tchadienne
Crédit : KAREL PRINSLOO/AP/SIPA
Ana Boyrie
Journaliste

Le 8 février dernier, Zouhoura, a été enlevée et violée par cinq hommes, qui ont filmé et posté le crime sur les réseaux sociaux. La jeune tchadienne témoigne devant la caméra de France 24. Au cours de l'interview, elle revient sur les faits avec difficulté. Elle se souvient notamment de ses agresseurs "en train de s'amuser et de rigoler" à ses dépens, avant de la menacer de garder le silence. Zouhoura fait preuve d'un immense courage lorsqu'elle décide de ne pas céder aux demandes de ses assaillants et de révéler l'agression à sa famille. "Ils m'avaient demandé de ne rien dire mais j'ai raconté à mes parents, je ne pouvais pas faire autrement", confie-t-elle à France 24. 

En guise de représailles, les agresseurs ont alors posté une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant la jeune fille nue et en larmes. Ces images ont véritablement remué le pays puisque lundi 15 février, des centaines de manifestants se sont rassemblés dans les rues de N’Djamena afin de demander justice pour Zouhoura et toutes les victimes de violences sexuelles. Les manifestations ont malheureusement dégénéré et ont été violemment réprimées par la police anti-émeute, allant jusqu'à la mort d'un jeune homme de 17 ans

Ces manifestations auront malgré tout permis l'arrestation et le transfert des agresseurs devant le parquet de N’Djamena, mardi 16 février. Le jour des manifestations, le président tchadien, Idriss Déby Itno, avait réagi parlant d'un acte "ignoble". "C'est en père de famille scandalisé que je réagis (...) à cet acte barbare, ignoble et innommable", a-t-il déclaré dans un communiqué, promettant que "justice sera rendue". Zouhoura a de côté déclaré : "Je veux que justice soit faite et que cela ne se reproduise plus jamais".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/