2 min de lecture Syrie

Syrie : à Idleb, les habitants manifestent contre le régime

DIAPORAMA - Alors que les dirigeants russe, turc et iranien discutaient du sort de la Syrie et en particulier d'Idleb vendredi 7 septembre, les habitants sont sortis dans les rues pour protester contre le massacre annoncé dans ce dernier bastion rebelle.

Le drapeau de l'opposition flotte dans la province d'Idleb pour protester contre le régime de Bachar al-Assad et le massacre annoncé Crédits : Zein Al RIFAI / AFP | Date : 07/09/2018
De protestations qui visent également les alliés du régime, iraniens et russes Crédits : OMAR HAJ KADOUR / AFP | Date : 07/09/2018
Un énorme drapeau de l'opposition agité au-dessus de la foule à Idleb Crédits : OMAR HAJ KADOUR / AFP | Date : 07/09/2018
Une femme porte une pancarte : "Stop au massacre à Idelb" Crédits : Yasin AKGUL / AFP | Date : 07/09/2018
Des drapeaux turcs sont également agités lors des manifestations dans la province d'Idleb Crédits : Yasin AKGUL / AFP | Date : 07/09/2018
1/1
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

"Le gouvernement syrien a le droit de prendre sous son contrôle la totalité de son territoire national, et doit le faire", a déclaré Vladimir Poutine. Le président russe s'est entretenu ce vendredi 7 septembre avec Recep Tayyip Erdogan et Hassan Rohani lors d'un sommet tripartite à propos du sort de la Syrie, et notamment d'Idleb, la dernière poche tenue par des rebelles

Alors que la Turquie a milité pour un cessez-le-feu dans la région déjà touchée par des bombardements de Moscou, allié du régime, la Russie ne partage pas le même point de vue.

Vladimir Poutine a accusé les "éléments terroristes" à Idleb de "continuer les provocations, les raids à l'aide de drones, les bombardements". 

"Nous ne pouvons pas l'ignorer (...) Nous devons régler ensemble ce problème", a-t-il ajouté. Parmi les rebelles à Idleb, une grande partie (60%) font partie des HTS (Hayat Tahrir al-Sham), ancien al-Nosra.

À lire aussi
Jean-Yves Le Drian,le 4 décembre 2018 Syrie
Enfants de jihadistes français en Syrie : des familles portent plainte contre Le Drian

Pendant ce temps, la population dont le sort est décidé loin de Damas, à Téhéran, proteste contre le massacre annoncé dans la région. "Ce ne sont pas eux qui vont déterminer notre réalité", a lancé Sawsane al-Saïd, pharmacienne de 45 ans, évoquant le sommet tripartite au milieu de la foule massée sur une grande place de la ville d'Idleb, dans le nord-ouest syrien. 

"Vos complots et vos conférences nous importent peu", pouvait-on lire sur une des pancartes brandies par les manifestants. "Les avions militaires russes bombardent les civils", pouvait-on lire en anglais sur un autre panneau. Ou encore "Stop au massacre à Idleb". Les Syriens appellent Ankara à empêcher un massacre attendu.

On n'est évidemment pas contents du tout que le destin d'Idleb soit décidé à Téhéran

Abdel Razak Awad, un jeune père de 31 ans
Partager la citation

"Nous sommes venus manifester pour assurer que ce peuple ne sera pas soumis et ne reviendra pas à l'ère de Bachar al-Assad", a affirmé Abdel Razak Awad, un jeune père de 31 ans. "On n'est évidemment pas contents du tout que le destin d'Idleb soit décidé aujourd'hui à Téhéran", a-t-il asséné, ajoutant espérer que "les Turcs se tiennent aux côtés" d'Idleb. 

Les participants agitaient des drapeaux aux couleurs de la révolution syrienne, avec trois étoiles rouges, et exhibaient les portraits de leurs "martyrs", dans un pays ravagé par une guerre ayant fait plus de 350.000 morts depuis 2011. 

La Turquie craint un nouvel afflux de réfugiés

Accueillant plus de trois millions de réfugiés syriens sur son territoire, la Turquie, qui a déployé des troupes à Idleb, craint qu'une offensive du régime ne provoque un nouvel afflux de réfugiés vers sa frontière. 

"La plupart des Syriens espèrent que les efforts de la Turquie réussiront à empêcher un assaut contre Idleb et à protéger sa population", a expliqué Youssef Sadiq, 35 ans, qui a fui la ville d'Alep, située à l'est d'Idleb et reconquise dans son intégralité fin 2016 par le régime au terme d'une offensive meurtrière. 

Selon Wassim Nasr, journaliste à France 24 contacté par RTL.fr, deux scénarios peuvent se dérouler :  "Soit les Turcs vont se barricader dans leurs 12 postes d'observation et regarder l'armée syrienne et ses alliés passer à l'offensive, soit ils vont commencer le travail et vont lancer les hostilités contre les jihadistes de HTS". 

Des rassemblements similaires de la population syrienne se sont tenus dans plusieurs villes et localités de la région, notamment à Khan Cheikhoun et à Jisr al-Choughour, mais aussi dans les territoires rebelles de la province voisine de Hama, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Bachar al-Assad Rebelle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794701810
Syrie : à Idleb, les habitants manifestent contre le régime
Syrie : à Idleb, les habitants manifestent contre le régime
DIAPORAMA - Alors que les dirigeants russe, turc et iranien discutaient du sort de la Syrie et en particulier d'Idleb vendredi 7 septembre, les habitants sont sortis dans les rues pour protester contre le massacre annoncé dans ce dernier bastion rebelle.
https://www.rtl.fr/actu/international/syrie-pendant-le-sommet-les-habitants-manifestent-contre-le-regime-a-idleb-7794701810
2018-09-07 17:23:59
https://cdn-media.rtl.fr/cache/sy516jE79_WvuShvc4T4vQ/330v220-2/online/image/2018/0907/7794701975_le-drapeau-de-l-opposition-flotte-dans-la-province-d-idleb-pour-protester-contre-le-regime-de-bachar-al-assad-et-le-massacre-annonce.jpg