1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Syrie : "Aujourd'hui sur Alep-Est, il n'y a plus un hôpital debout"
1 min de lecture

Syrie : "Aujourd'hui sur Alep-Est, il n'y a plus un hôpital debout"

INVITÉ RTL - Joël Weiler, directeur des urgences chez Médecins du Monde, revient sur la situation des médecins et personnels soignants, particulièrement ciblés par le régime syrien et son allié russe.

Un "casque blanc" syrien en intervention près d'Alep, le 25 juillet 2016
Un "casque blanc" syrien en intervention près d'Alep, le 25 juillet 2016
Crédit : AFP / Thaer Mohammed
Syrie : "Aujourd'hui sur Alep-Est, il n'y a plus un hôpital debout"
07:21
Christophe Pacaud & Agnès Bonfillon & Eléanor Douet

Les troupes de Bachar al Assad, appuyées par l'aviation russe, sont en train de reprendre Alep-Est, tenu depuis plusieurs années par les rebelles. Le 8 décembre dans l'après-midi à Paris, Médecins du Monde ont organisé un rassemblement en soutien aux acteurs de la santé qui sont restés en Syrie, et notamment à Alep-Est, qui s'est vidée de ses habitants, mais aussi de ses soignants. "Clairement aujourd'hui sur Alep-Est, il n'y a plus un hôpital debout. On estime qu'il reste une vingtaine de médecins, qui soignent comme ils peuvent", se désole Joël Weiler directeur des urgences chez Médecins du Monde. Des personnels soignants qui reviennent de Syrie relatent des conditions de soin dramatiques. "On considère qu'il y a eu plus de 120 hôpitaux et structures sanitaires ciblés depuis le début du conflit".

"On est sur une zone de guerre qui est bombardée du matin au soir et où les opérations se font sans anesthésiants", raconte Joël Weiler. "En mars, ça fera six ans que le conflit à commencé. Dès les premières semaines, mois, le régime a visé les soignants. Dès le départ, il n'y a eu aucun respect des Conventions de Genève", rappelle le médecin, qui précise que "le binôme soignant-soigné a toujours été visé par le régime et ses alliés". Certaines sources parlent de 750 médecins et soignants tués ou disparus depuis le début du conflit syrien. Un chiffre sous-estimé pour Joël Weiler : "Honnêtement, je pense que c'est plus".

Il rappelle que la ville d'Alep, deuxième ville de Syrie, est un symbole, mais que le régime de Bachar al Assad et ses alliés bombardent d'autres villes comme Idlib. "Il y a une politique de terre brûlée", estime Joël Weiler. "Ils vont très certainement reprendre Alep, vidée de ses habitants, vidée de ses bâtiments, de ses écoles, de ses centres de santé", pour le médecin.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/