4 min de lecture Wikileaks

Snowden et d'autres taclent Wikileaks après des publications polémiques

ÉCLAIRAGE - Les critiques s'enchaînent autour de l'organisation représentée par Julian Assange après les attentats de Nice, les AKP et DNC Leaks.

Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013.
Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013. Crédit : The Guardian / AFP
Liselotte Mas

Après avoir révélé la face cachée des interventions américaines en Afghanistan et en Irak, Wikileaks est à l'origine, entre autres, de révélation sur l'espionnage de l'Elysée par la NSA en 2015. Érigé en défenseur du droit à l'information, Wikileaks a depuis continué de publier des documents plus ou moins compromettants pour les gouvernements. Mais depuis quelques semaines, l'ONG est vivement critiquée, y compris dans son propre camp. Deux types de critiques sont formulées : une connivence politique avec la Russie, qui ferait de l'ONG un acteur géopolitique et une forme de négligence, avec la révélations de données personnelles de simples citoyens. 

Ces sérieuses accusations portent atteinte à la crédibilité d'une organisation autrefois considérée comme éminente défenseure de la société civile. Elles viennent à la suite de trois publications : le partage d'images violentes de l'attentat de Nice, le 14 juillet, la fuite d'emails internes à l'AKP, le parti du président turc Recep Tayyip Erdogan, quelques jours après une tentative de coup d'état avortée et, dernière en date, la fuite d'emails et d'enregistrements audios internes à la direction du parti démocrate américain.

Partage d'une vidéo ultraviolente le soir de l'attentat de Nice

Le soir de l'attentat de Nice, lors duquel 84 personnes sont mortes sous les roues du camion de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le compte Twitter de l’organisation partage une vidéo très violente et explicite des corps des victimes.

Le tweet litigieux sur la vidéo choquante de Nice publiée par Wikileaks
Le tweet litigieux sur la vidéo choquante de Nice publiée par Wikileaks Crédit : Capture Twitter
À lire aussi
Julian Assange, le 1er mai 2019 à Londres Wikileaks
Julian Assange : Washington annonce 17 nouvelles inculpations

L'organisation se défend, estime que ces images relèvent du droit à l'information, qu'elles montrent la réalité du terrorisme et révèlent les échecs des gouvernements et services de renseignement. 

Fuites de coordonnées de citoyens turcs après le coup d'état avorté

Survient ensuite le coup d'état avorté en Turquie, qui engendre de nombreuses purges de fonctionnaires, militaires, universitaires et journalistes. Le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan semble vouloir diriger son pays d'une main de fer, évoquant notamment le retour de la peine de mort pour les soldats mutins. De là, Wikileaks annonce avancer la publication de documents compromettants pour le pouvoir, qu'elle baptise "AKP emails", du nom du parti au pouvoir depuis 2002, porté par Erdogan. Distillant annonces et caricatures du président, Wikileaks publie finalement ces documents le 19 juillet. 

Seul problème, ces quelque 300.000 fichiers présentés comme compromettants pour le président et les cercles dirigeants du parti sont en fait des mails que les sympathisants du parti leur ont envoyé. Il y a aussi beaucoup de messages insignifiants sur l'organisation de fêtes, la recommandation de médecins, le partage d'articles de presse etc. 

Aucun des “e-mails d'Erdogan” n’apparaît venir d’Erdogan ou de son cercle proche. Personne n’a semblé pouvoir trouver un indice accablant exposant des gens au pouvoir.

Zeynep Tufekci, universitaire américaine d'origine turque
Partager la citation

Mais, plus inquiétant, les données confidentielles de nombreux sympathisants sont divulguées au public et Wikileaks partage même un lien vers un document reprenant les coordonnées d'une grande partie des électrices de l'AKP, comme le dénonce la chercheuse Zeynep Tufekci sur le site du Huffington Post (en anglais).
Cette dernière estime que Wikileaks, qui prétend pourtant défendre les citoyens face aux puissants, a mis en danger une partie des citoyens turcs et n'a pas respecté leur vie privée. Wikileaks répond que les coordonnées n'ont pas été directement publiées sur son site mais seulement partagées via Twitter, et bloque tout contact avec l'universitaire américaine d'origine turque.
Edward Snowden est intervenu dans le débat pour regretter la susceptibilité de Wikileaks, celui-là même qui avait dévoilé l'espionnage massif des citoyens américains par la NSA et qui s'était réfugié en Russie ... avec l'aide de Wikileaks. "Démocratiser l’accès à l’information n’a jamais été aussi important, et WikiLeaks a aidé à le faire. Mais leur hostilité à la plus minime des curations est une erreur", écrit le lanceur d'alerte sur Twitter.

Et Wikileaks ne tarde pas à répondre, l'accusant de l'attaquer pour obtenir une grâce de la part d'Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle. Car entre temps, le 22 juillet, Wikileaks avait publié un nouveau paquet de documents, ciblant cette fois le parti démocrate américain

Accusations de liens avec la Russie après les "DNC Leaks"

Dans ces mails, les dirigeants du parti prennent clairement parti pour Hillary Clinton et contre Bernie Sanders dans l'investiture démocrate. Mais le clan Clinton accuse Wikileaks en retour d'avoir été informé et utilisé par la Russie, qu'elle dénonce pour son soutien à la campagne de Donald Trump, son rival républicain. 
Mais à la suite de ces courriels, l'organisation publie des enregistrements audios, les "DNC Recordings". Ils semblent avoir été recueillis depuis le standard du siège du parti démocrate et laissent entendre des conversations privées sans intérêt public. 

L'affaire des "DNC Leaks" concentre finalement les deux types de critiques adressées à Wikileaks : un manque de professionnalisme avec la publication de documents d'ordre privé ou violent et des liens politiques supposés avec la Russie.
Ces accusations d'instrumentalisation politique ont été émises par le clan Clinton mais reposent sur un historique de liens plus ou moins ténus avec Moscou. Julian Assange, représentant de Wikileaks réfugié dans l'ambassade de l'Équateur à Londres, animait en 2012 une émission sur la chaîne russe RT, très liée au gouvernement.
Ces polémiques ont animé un sentiment de déception vis-à-vis de l'organisation, même chez ses plus fervents défenseurs, notamment Edward Snowden. À mesure que l'organisation s'installe dans le paysage médiatique et politique, elle semble tenter de réagir plus à chaud, de publier ses "leaks" en réaction à l'actualité. Cette "précipitation" et cette absence de "filtre" pourraient expliquer une relecture sommaire du contenu, parfois bien léger par rapport à la quantité impressionnante de documents publiés. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Wikileaks Parti démocrate Hillary Clinton
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784298521
Snowden et d'autres taclent Wikileaks après des publications polémiques
Snowden et d'autres taclent Wikileaks après des publications polémiques
ÉCLAIRAGE - Les critiques s'enchaînent autour de l'organisation représentée par Julian Assange après les attentats de Nice, les AKP et DNC Leaks.
https://www.rtl.fr/actu/international/snowden-et-d-autres-taclent-wikileaks-apres-des-publications-polemiques-7784298521
2016-08-02 18:42:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/frOqlOSn8zw4JNs5DpoZNw/330v220-2/online/image/2016/0802/7784308369_le-consultant-de-la-nsa-edward-snowden-le-6-juin-2013.jpg