2 min de lecture Crise en Grèce

Référendum en Grèce : qui vote, comment et pourquoi ?

Même si cela fait une semaine que tout le monde en parle, êtes-vous bien sûr d'avoir tout compris sur le vote en Grèce ?

Le référendum a commencé en Grèce
Le référendum a commencé en Grèce Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Près de dix millions d'électeurs grecs sont appelés dimanche à voter oui ou non aux mesures d'austérité et de réformes proposées par les créanciers du pays, UE et FMI, lors d'une procédure de référendum exceptionnelle, organisée en seulement neuf jours. 

Quelle est la question du vote ?

"Faut-il accepter le plan d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) lors de l'Eurogroupe du 25 juin ?" C'est ce que chaque Grec aura à l'esprit une fois dans l'urne. Il est également précisé que le plan d'accord repose sur deux textes : "Réformes pour l'achèvement du programme en cours et au-delà" et "Analyse préliminaire de la soutenabilité de la dette".


Ce sont en réalité les contreparties demandées par les créanciers en échange d'une prolongation de leur soutien financier jusqu'en novembre pour un total de 12 milliards d'euros de la part des Européens, plus un versement de 3,5 milliards d'euros du FMI. Le non est soutenu par Syriza, le parti au gouvernement et le parti de droite souverainiste ANEL, figure au-dessus du bulletin "accepté/oui"

Quel est l'enjeu du vote ?

Les créanciers, qui ont multiplié les appels à voter oui, assurent qu'un non signifierait le rejet de l'euro, ou à tout le moins un saut dans l'inconnu pour les relations entre la Grèce et la zone euro. Une victoire du oui pourrait mettre en cause la légitimité du gouvernement : le ministre des Finances Yanis Varoufakis a déjà prévenu qu'il démissionnerait si le oui l'emporte.

À lire aussi
Jordan Bardella (Rassemblement national) immigration
Crise migratoire : Jordan Bardella se rendra à la frontière gréco-turque mardi

Par ailleurs, l'objectif du gouvernement est, en cas de victoire du non, de renforcer "le pouvoir de négociation" d'Athènes vis-à-vis des créanciers et de conclure "un meilleur accord" avec eux dans "le cadre de la zone euro", selon le gouvernement. 

Qui va voter ?

Il y a 9.855.029 personnes inscrites sur les listes électorales. Les électeurs pourront se rendre dimanche dans 19.159 bureaux de vote à travers tout le pays. Pour encourager la participation et permettre aux Grecs de rejoindre leur lien d'inscription, les péages seront gratuits et il y aura des réductions sur le prix des billets de train, des autocars interurbains et des vols domestiques. 
Les citoyens issus d'autres pays de l'Union européenne n'ont pas le droit de participer à ce référendum. Comme pour chaque élection, le million de Grecs résidant à l'étranger doit faire le déplacement jusqu'en Grèce s'il veut voter, ce que peu d'entre eux devaient avoir eu le temps d'organiser. 
Les bureaux de vote seront ouverts de 7h (4h GMT) à 19h (16h GMT). Les premiers résultats sont attendus vers 21h (18h GMT). L'heure de proclamation des résultats dépendra de l'importance de l'écart entre le oui et le non. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise en Grèce Référendum BCE
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants