1 min de lecture Corée du Nord

Pyongyang : les étrangers autorisés à courir le marathon

Pyongyang a finalement levé l'interdiction faite aux étrangers de courir le marathon de sa capitale.

Le marathon de Pyongyang sera finalement ouvert aux étrangers (archives).
Le marathon de Pyongyang sera finalement ouvert aux étrangers (archives). Crédit : CréditAFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le régime totalitaire communiste craignait officiellement une propagation du virus EbolaMais la Corée du Nord a levé l'interdiction faite aux étrangers de courir le marathon international de Pyongyang, ont annoncé ce jeudi 5 mars des voyagistes spécialisés.

Dans le cadre d'une mesure plus large de restrictions des séjours touristiques dans le pays, le Nord avait annoncé en février que le marathon qui se tient le 12 avril ne serait ouvert qu'aux athlètes nord-coréens.

Le régime communiste a rouvert ses frontières cette semaine aux visiteurs étrangers, y compris ceux désirant se rendre dans la capitale pour participer à l'épreuve de fond, selon l'agence Koryo Tours auprès de laquelle 450 personnes avaient réservé leur séjour pour participer au marathon.

Pas un seul cas d'Ebola

La Corée du Nord, qui n'a pas enregistré un seul cas avéré d'Ebola sur son territoire, avait fermé ses frontières aux touristes en octobre 2014 et imposé 21 jours d'isolement aux autres étrangers, comme les hommes d'affaires et les diplomates. Les restrictions ont donc été levées, à l'exception de celles visant certains pays d'Afrique de l'Ouest touchés par Ebola.

À lire aussi
Une mère ajustant le masque de sa fille à Pyongyang, en Corée du Nord, le 6 février 2020 Corée du Nord
Le coronavirus peut-il faire vaciller le régime nord-coréen ?

Frappée par de lourdes sanctions internationales, peu ouverte aux touristes dont la liberté de mouvement dans le pays est très limitée, la Corée du Nord accueille peu d'étrangers. Et le pays, où une grande famine a fait des centaines de milliers de morts à la fin des années 1990, se ferme aussitôt en cas de menace sanitaire alors qu'il a un besoin cruel de devises étrangères.

En 2003, Pyongyang avait suspendu les entrées touristiques trois mois durant pour se protéger du virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) dont l'épidémie avait fait près de 800 morts dans le monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corée du Nord Ebola Athlétisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants