2 min de lecture Corée du Nord

Pyongyang accuse la CIA d'un complot pour tuer Kim Jong-Un

En pleine période de tensions sur la péninsule, Pyongyang a accusé la CIA et les services de renseignement sud-coréens d'un complot pour assassiner le dirigeant nord-coréen.

Kim Jong-Un
Kim Jong-Un Crédit : KCNA VIA KNS / KCNA / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

La tension est maximale entre la Corée du Nord et les États-Unis. Ce vendredi 5 mai, Pyongyang a accusé la CIA et les services de renseignement sud-coréens d'un complot pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Dans un communiqué, le ministère nord-coréen de la Sécurité de l'État a affirmé avoir déjoué "un complot vicieux" fomenté par un groupe "terroriste hideux" pour assassiner le chef nord-coréen lors de cérémonies à Pyongyang.

Cette accusation survient au moment où Pyongyang multiplie les dénonciations à l'égard de la Corée du Sud et des États-Unis, en réponse à la rhétorique du président américain Donald Trump, qui se dit prêt à régler seul, et au besoin par la force, la question nord-coréenne.

Selon le communiqué, l'attaque aurait pu se produire lors d'un défilé militaire au mausolée qui abrite à Pyongyang les dépouilles du père du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Il, à qui il a succédé à sa mort en 2011, et de son grand-père, Kim Il-Sung, le père fondateur de la nation.

Une opération extrêmement difficile à exécuter

Mais une telle opération serait extrêmement difficile à préparer et exécuter, le dirigeant nord-coréen étant constamment entouré par des mesures de sécurité draconiennes. Aucune précision n'est donnée sur la façon dont ce complot aurait été déjoué. Selon le ministère, l'homme, qui avait un complice chinois, a reçu des sommes allant jusqu'à 740.000 dollars et des équipements dont du matériel de transmission. "Nous démasquerons et détruirons sans pitié le dernier des terroristes de la CIA et des renseignements fantoches de Corée du Sud", ajoute le communiqué, qui affirme que le complot équivaut à "une déclaration de guerre".

À lire aussi
La Corée du Nord a dévoilé samedi 10 octobre 2020 un missile balistique intercontinental géant lors d'un imposant défilé militaire Corée du Nord
Corée du Nord : ce que l'on sait sur le missile géant de Kim Jung-Un

Selon les analystes, ces accusations pourraient être une tentative préventive de dissuader Washington de mener une attaque chirurgicale contre la direction nord-coréenne. Le communiqué est intervenu au lendemain du vote par la Chambre des représentants des Etats-Unis en faveur de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, dont les élus veulent couper les sources de financement internationales.

Les tensions sont montées ces derniers mois sur la péninsule à mesure que la Corée du Nord a poursuivi le développement de ses programmes nucléaire et balistique interdits, multipliant notamment les essais de missiles. Certains experts considèrent que la Corée du Nord est sur le point de réaliser un sixième essai nucléaire

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corée du Nord Kim Jong-Un États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants