1 min de lecture Sydney

Prise d'otages à Sydney : ce que l'on sait de Man Haron Monis

ÉCLAIRAGE - Le preneur d'otages du café Lindt de Sydney serait un ressortissant iranien âgé de 49 ans connu de la justice.

Man Haron Monis (capture d'écran)
Man Haron Monis (capture d'écran) Crédit : The Sydney Morning Herald
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Depuis midi heure locale, l'Australie a les yeux rivés sur le café Lindt de Sydney. Depuis maintenant une quinzaine d'heures, un homme armé y retient plusieurs otages. Certains d'entre eux ont réussi à s'échapper alors que la police australienne a lancé l'assaut vers 2h20 (16h20, heure française).

Selon la police australienne, le preneur d'otages est le sheik Man Haron Monis, un réfugié iranien arrivé en Australie en 1996. Connu de la justice, il a déjà été condamné pour agression sexuelle et mis en examen pour complicité de meurtre. Il s'est également fait connaître en menant une campagne d'envoi de lettres d'insultes et de haine envers les familles de soldats morts en Afghanistan.

Man Haron Monis a réclamé un drapeau de l'État islamique pour l'afficher dans le café. Selon Nick O'Brien, ancien policier de la British Special Branch devenu expert en terrorisme de l'université australienne Charles Sturt, il est possible que Monis "soit à nouveau quelqu'un qui a été inspiré par ce qu'il a vu dans les publications de l'État islamique".


Le professeur Clive Williams, de l'Australian National University, ajoute : "La plupart de ces gars sont encouragés à passer à l'action de leur côté parce que l'État islamique a compris que si vous vous réunissez pour monter un réseau, il y a de fortes chances que vous soyez repérés".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sydney Prise d'otages Australie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants