3 min de lecture Présidentielle américaine

Présidentielle américaine : Hillary Clinton revendique sa victoire aux primaires démocrates, Bernie Sanders continue le combat

Hillary Clinton a revendiqué sa victoire aux primaires démocrates lors d'un discours à New York, insistant sur le caractère historique de son investiture

Hillary Clinton le 7 juin 2016 à Brooklyn
Hillary Clinton le 7 juin 2016 à Brooklyn
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Hillary Clinton a revendiqué dans la nuit de mardi à mercredi 8 juin sa victoire aux primaires démocrates lors d'un discours à New York, insistant sur le caractère historique de son investiture pour représenter le parti démocrate à la présidentielle de novembre. "Grâce à vous, nous avons franchi une étape importante. C'est la première fois dans l'histoire de notre pays qu'une femme est investie par l'un des grands partis", a déclaré la candidate de 68 ans devant ses partisans fous de joie à Brooklyn. "La victoire de ce soir n'est pas celle d'une personne, elle appartient à une génération de femmes et d'hommes qui se sont battus et se sont sacrifiés et ont rendu possible ce moment".

Le président américain Barack Obama a appelé Bernie Sanders et Hillary Clinton, qu'il a félicitée pour avoir obtenu la majorité requise de délégués pour l'investiture présidentielle. 
"Le président Obama a félicité les deux candidats pour avoir mené des campagnes pleines d'inspiration, qui ont enthousiasmé les démocrates, fait s'impliquer une nouvelle génération d'Américains dans le processus politique, et permis de présenter d'importantes propositions pour que notre économie et notre politique servent tout le monde, pas seulement ceux qui disposent de richesses et de pouvoir", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, en évoquant les thèmes qui ont animé la campagne du sénateur du Vermont depuis l'été dernier. "Le président a félicité Mme Clinton pour avoir récolté le nombre de délégués nécessaires pour sceller l'investiture démocrate pour la présidentielle", a ajouté le porte-parole, confirmant la victoire de la démocrate. 

Bernie Sanders n'abandonne pas

Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, a annoncé à ses partisans qu'il n'abandonnait pas la course des primaires démocrates pour la Maison Blanche, au moment où Hillary Clinton a revendiqué la victoire. "Nous allons nous battre durement pour remporter la primaire de Washington", mardi prochain, a-t-il déclaré lors d'une réunion publique à Santa Monica, en Californie. "Et nous poursuivrons notre combat pour la justice sociale, économique, raciale et environnementale jusqu'à Philadelphie!", a-t-il ajouté, en parlant de la convention d'investiture qui aura lieu à la fin du mois de juillet en Pennsylvanie. 

"Je suis assez bon en maths, et je sais que le combat qui nous attend est très, très difficile. Mais nous continuerons à nous battre pour chaque voix et chaque délégué", a-t-il dit, ovationné. Il a annoncé que Hillary Clinton l'avait appelé. "Je l'ai félicitée pour ses victoires de ce soir", a-t-il dit, déclenchant des huées.

À lire aussi
États-Unis
États-Unis : prison à vie pour une infirmière qui a tué des anciens combattants

La démocrate a remporté trois primaires supplémentaires mardi (New Jersey, Nouveau Mexique, Dakota du Sud) et était en tête des résultats partiels en Californie. Il a remporté le Montana et le Dakota du Nord. Hillary Clinton a désormais largement dépassé la majorité requise de délégués pour l'investiture démocrate, qui sera officielle lors de la convention de Philadelphie, du 25 au 28 juillet. Mais rien n'empêche Bernie Sanders de rester techniquement en course, même s'il est acquis que la convention investira sa rivale. Il a toutefois souligné qu'il avait hâte de "travailler" avec le président Barack Obama, formellement neutre dans les primaires, mais qui semble désireux d'un dénouement rapide. 

L'union face à DonaldTrump

"Nous ne laisserons pas Trump devenir président des États-Unis", a ajouté Bernie Sanders, laissant entendre qu'il ne serait cependant pas jusqu'au-boutiste et pourrait se retirer avant la convention de Philadelphie en juillet. Après des décennies de relative solitude idéologique au Congrès, le septuagénaire aux cheveux en bataille connait avec cette campagne une reconnaissance tardive, mais spectaculaire. "À ce stade, la primaire n'a plus rien à voir avec l'investiture. Tout est affaire de rapport de force dans les négociations de paix qui vont s'ouvrir", soulignait sur Twitter David Axelrod, qui fut le stratège électoral d'Obama. 

Lors de son discours de victoire Hillary Clinton n'a pas directement appelé son rival à se retirer, mais tendu la main à ses électeurs. "La campagne de Bernie Sanders et le débat vigoureux que nous avons eu ont été très bons pour le parti démocrate et l'Amérique", a-t-elle lancé. "Au moment où nous regardons vers l'avant, rappelons-nous ce qui nous unit", a-t-elle ajouté. "Nous voulons une Amérique où tout le monde est traité avec respect".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine Hillary Clinton États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants