1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Migrants : la photo d'un enfant mort noyé émeut l'Europe
2 min de lecture

Migrants : la photo d'un enfant mort noyé émeut l'Europe

La publication des photos du corps sans vie d'un enfant sur une plage turque a choqué, mercredi 2 septembre.

Des migrants secourus par des gardes-côtes suédois au large de la Sicile le 26 août 2015 (illustration)
Des migrants secourus par des gardes-côtes suédois au large de la Sicile le 26 août 2015 (illustration)
Crédit : GABRIELE FRANCOIS CASINI / MEDECINS SANS FRONTIERES / AFP
Julien Absalon & AFP

Le dramatique cliché a choqué l'Europe. Cette photo montre le corps sans vie d'Aylan Kurdi, un petit garçon âgé de 3 ans, le visage contre le sable, au beau milieu d'une plage de Turquie. Vêtu d'un tee-shirt rouge et d'un short bleu, l'enfant s'est noyé dans le naufrage d'une embarcation qui transportait des Syriens et qui était partie dans la nuit du mardi au mercredi 2 septembre de la ville côtière de Bodrum. Le bateau devait rejoindre l'île grecque de Kos lorsqu'il a chaviré, ont expliqué les garde-côtes turcs.

Les sauveteurs ont repêché 12 cadavres, y compris celui du petit garçon, et de son frère de 5 ans, dont les photos ont envahi les réseaux sociaux sous le hashtag #KiyiyaVuranInsanlik, signifiant "l'humanité échouée" en turc. La publication de ces images, pendant que le continent européen est confronté à un afflux massif de migrants et de réfugiés, ont choqué les internautes et la presse européenne, notamment.

"Insoutenable"

Pour le quotidien italien La Repubblica, c'est "la photo qui fait taire le monde". Le journal espagnol El Pais estime pour sa part qu'il s'agit du "symbole du drame migratoire". "Toute petite victime d'une tragédie humaine", titre le Daily Mail. "Insoutenable", juge de son côté The Mirror. Toujours en Angleterre, The Guardian estime que ces clichés résument "toute l'horreur du drame humain qui se déroule sur les côtes européennes". The Independant pose quant à lui la question : "Si ces images extraordinairement fortes d'un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient pas l'attitude de l'Europe vis-à-vis des réfugiés, qui le fera ?"

"Certains disent que l'image est trop offensante pour être partagée en ligne ou imprimée dans nos journaux", écrit dans une tribune Peter Bouckaert, directeur pour les situations d'urgence de Human Rights Watch. "Mais ce que je trouve offensant c'est que des corps d'enfants noyés viennent s'échouer sur nos rivages, alors que l'on aurait pu en faire plus pour leur sauver la vie", a-t-il ajouté expliquant avoir lui-même longtemps hésité avant de tweeter la photo du corps d'Aylan Kurdi.

Vers une résolution de l'ONU ?

À lire aussi

Pour trouver une solution à cette crise humanitaire, la commission européenne plaide pour une modification des accords de Dublin, au risque de relancer les divisions récurrentes entre les 28 pays sur ce chantier. Une réunion est en tout cas prévue pour le 14 septembre. En attendant, l'Allemagne, la France et l'Italie ont réclamé, dans une lettre de leurs chefs de la diplomatie publiée mercredi 2 septembre, une refonte du droit d'asile en Europe, qu'ils jugent dépassé. Ils demandent également une meilleure répartition des migrants dans toute l'Union européenne.

Par ailleurs, selon l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, le Conseil de sécurité étudierait la possibilité d'adopter une résolution permettant aux Européens d'intervenir dans la crise migratoire en Méditerranée. Ce texte, s'il était adopté, ne permettrait qu'une intervention navale européenne "en haute mer, et non dans les eaux territoriales" libyennes. Cela viserait les passeurs qui incitent des centaines de milliers de migrants à risquer leurs vies.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/