1 min de lecture Esclavage

Mauritanie : les militants anti-esclavagistes harcelés par les autorités

Amnesty International appelle la Mauritanie à "arrêter de s'en prendre aux militants anti-esclavagistes".

Gaëtan Mootoo, spécialiste de l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International (au centre).
Gaëtan Mootoo, spécialiste de l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International (au centre).
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après la fermeture du siège d'une ONG luttant contre l'esclavage en Mauritanie et l'arrestation de plusieurs de ses membres,  Amnesty International appelle le pays à "arrêter de s'en prendre aux militants anti-esclavagistes",. "Les autorités mauritaniennes doivent cesser de harceler, menacer et sanctionner les personnes luttant contre l'esclavagisme", a déclaré Amnesty International.

De son côté, le président de l'ONG Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (Ira), Biram Ould Dah Ould Abeid, a appelé ses partisans à "rester pacifiques" dans leur protestation, selon des propos rapportés par El-Mouchachid, une agence privée locale, les exhortant à "ne pas répondre aux violences physiques et verbales".

Des prisonniers d'opinion arrêtés

"Les militants anti-esclavagistes sont constamment soumis à des manoeuvres de harcèlement et d'intimidation en Mauritanie. Leurs actions sont soit interdites soit sévèrement sanctionnées, et ces personnes sont fréquemment arrêtées", affirme Gaëtan Mootoo, spécialiste de l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International, cité dans le texte.

À lire aussi
Des dollars américains (illustration) Donald Trump
États-Unis : pourquoi le billet de 20 dollars avec Harriet Tubman ne verra pas le jour

L'ONG appelle à la libération "immédiate et sans condition de tous (ces) prisonniers d'opinion". "Au moins neuf personnes", appartenant à l'Ira, dont Ould Dah Ould Abeid, ont été arrêtées ces derniers jours après des manifestations contre l'esclavage, relève Amnesty International. Ces personnes, dont "certaines auraient été frappées par la police", sont incarcérées dans la ville de Rosso (sud) "sans pouvoir recevoir la visite de leur famille".

L'esclavage aurait été aboli en 1981

La police a fermé mercredi le siège de l'Ira à Nouakchott, une organisation qui était "tolérée" et "non reconnue" selon les autorités mauritaniennes. Les autorités mauritaniennes accusent l'ONG d'avoir fait de ces rassemblements une "occasion de propagande raciste, de propos semant la haine entre les populations", des accusation rejetées par l'Ira comme "fallacieuses".

Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie, pays de 3,8 millions d'habitants d'origine arabo-berbère - les Maures - et d'Afrique subsaharienne - les Négro-Africains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Esclavage Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775318441
Mauritanie : les militants anti-esclavagistes harcelés par les autorités
Mauritanie : les militants anti-esclavagistes harcelés par les autorités
Amnesty International appelle la Mauritanie à "arrêter de s'en prendre aux militants anti-esclavagistes".
https://www.rtl.fr/actu/international/mauritanie-les-militants-anti-esclavagistes-harceles-par-les-autorites-7775318441
2014-11-14 04:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MiqsP-dhN27_11iG0MDrYA/330v220-2/online/image/2014/1114/7775318484_gaetan-mootoo-specialiste-de-l-afrique-de-l-ouest-a-amnesty-international-au-centre.jpg