1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Les Turcs devraient bientôt avoir le droit de voyager sans visa dans l'espace Schengen
2 min de lecture

Les Turcs devraient bientôt avoir le droit de voyager sans visa dans l'espace Schengen

La Commission européenne a donné son feu vert conditionnel, mercredi 4 mai, à une exemption de visas pour les Turcs dans l'espace Schengen. Une mesure qui entre dans le cadre de l'accord migratoire signé avec l'Union européenne.

Sommet entre l'Union européenne et la Turquie sur la question des réfugiés le 29 novembre 2015
Sommet entre l'Union européenne et la Turquie sur la question des réfugiés le 29 novembre 2015
Crédit : AFP/Thierry Monasse
Les Turcs devraient bientôt avoir le droit de voyager sans visa dans l'espace Schengen
01:35
Julien Absalon & Isabelle Dath

La Commission européenne a proposé, mercredi 4 mai, d'autoriser les Turcs à voyager dans l'espace Schengen sans utiliser de visa. La mesure a pour objectif de permettre aux citoyens turcs de se rendre plus facilement et librement dans la quasi-totalité des pays européens, dont la France. Cela concernera seulement les courts séjours, d'une durée de 90 jours maximum, pour les affaires, le tourisme ou à des fins familiales.

Même si Bruxelles a donné son feu vert, tout en émettant des réserves qui concernent notamment la sécurité des documents d'identité, cette disposition doit également être validée par le Parlement européen et les 28 États membres. La Turquie doit également se plier à 72 critères techniques, diplomatiques et politiques, dont certains portent par exemple sur le respect des droits fondamentaux ou la lutte contre la corruption.

L'accord sur les migrants en jeu

Cependant, malgré les appréhensions de certains États à ouvrir leurs frontières à ce pays de 79 millions d'habitants, tout laisse à penser que l'Union européenne n'a pas d'autre choix que d'accéder à cette demande de la Turquie. Le régime de Recep Tayyip Erdogan en a même fait une condition sine qua non à la poursuite de l'application de l'accord migratoire signé le 18 mars avec l'UE. En réponse à l'afflux massif de réfugiés fuyant les zones de guerre en Proche-Orient (1,25 million de demandes d'asile déposées en 2015), les deux parties s'étaient entendues pour renvoyer systématique vers la Turquie les migrants qui arrivent sur les îles grecques. 

Visiblement en position de force sur ce dossier, Ankara, qui autorise les ressortissants européens à entrer sur son territoire sans visa, n'hésite d'ailleurs pas à hausser le ton et mettre la pression. "La Turquie est un pays qui tient sa parole, il faut bien entendu que l'Union européenne tienne aussi sa parole", a d'ores et déjà prévenu le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu. L'Union européenne se retrouve donc dos au mur. En refusant de mettre en place l'exemption de visas, elle serait donc contrainte de revoir de A à Z son plan pour gérer la crise des migrants.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/