1 min de lecture Europe

Visas : la Turquie veut faire "payer le prix" à l'Europe, selon Isabelle Dath

REPLAY/EDITO - Le président turc entend profiter de la situation migratoire pour obtenir la libéralisation des visas pour ses citoyens.

Alain Duhamel L'Edito d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
Visas : la Turquie veut faire "payer le prix" à l'Europe, selon Isabelle Dath Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Dath à New York
Isabelle Dath Journaliste RTL

Le 4 mai, la Commission européenne pourrait proposer d'exempter les Turcs de présenter un visa d'ici la fin du mois de juin si la Turquie remplit les critères européens. Certains craignent que Bruxelles brade ses valeurs après l'accord du 18 mars, selon lequel l'Europe a confié à la Turquie la gestion de l'afflux sans précédent de migrants. "Ankara lui en fait payer le prix cher", note Isabelle Dath.

Et il n'est ici même pas question des 6 milliards d'euros que l'Europe doit verser à la Turquie d'ici 2018 ou d'une possible relance des négociations sur l'intégration du pays à l'UE. Non, le sujet ne porte que l'accélération du processus de libéralisation des visas. "Un véritable piège, un jeu de dupes car pour se faire, la Turquie doit respecter 72 critères. On n'en est pas à la moitié aujourd'hui et on voit mal comment ces objectifs pourraient être remplis d'ici deux mois", poursuit la journaliste de RTL.

Erdogan a pour coutume de dire que c'est l'Europe qui a besoin de la Turquie, et non l'inverse

Isabelle Dath, journaliste RTL
Partager la citation

Une telle décision doit obtenir le double feu vert des 28 de l'UE ainsi que du Parlement européen, et "c'est pas gagné", déclare Isabelle Dath, qui rappelle que "la Turquie est dans l'antichambre de l'Europe depuis 1963" et qu'elle est placée sous le statut de "pays candidat" depuis 1999. "Le président Erdogan entend bien tirer tous les bénéfices de l'accord du mois de mars. Il a pour coutume de dire que c'est l'Europe qui a besoin de la Turquie, et non l'inverse", ajoute Isabelle Dath.

À lire aussi
Des billets de banques (illustration). insolite
Belgique : la banque crédite son compte de 2.000 milliards d'euros par erreur

Pourtant, peut-être n'est-ce pas le bon moment pour des concessions à la Turquie. En matière de droits de l'Homme, d'indépendance de la justice ou encore de liberté de la presse, le bilan d'Erdogan s'avère "catastrophique". "Difficile pour les Européens de fermer les yeux sur ces dérives de l’État de droit", conclut Isabelle Dath.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe Turquie Migrants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783015351
Visas : la Turquie veut faire "payer le prix" à l'Europe, selon Isabelle Dath
Visas : la Turquie veut faire "payer le prix" à l'Europe, selon Isabelle Dath
REPLAY/EDITO - Le président turc entend profiter de la situation migratoire pour obtenir la libéralisation des visas pour ses citoyens.
http://www.rtl.fr/actu/international/visas-la-turquie-veut-faire-payer-le-prix-a-l-europe-selon-isabelle-dath-7783015351
2016-04-27 19:32:00
http://media.rtl.fr/cache/d4IQnt4H1tud1Hg8HQPTUw/330v220-2/online/image/2016/0427/7783015402_isabelle-dath.jpg