3 min de lecture Paris

Les conseils du "Financial Times" pour un Paris parfait

Le quotidien économique britannique dresse la liste des points à améliorer pour que la capitale "atteigne la perfection". Des idées qui ne manqueront pas de faire réagir...

La Tour Eiffel
La Tour Eiffel Crédit : ©Peter Kirilov/shutterstock.com
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Paris, la Ville Lumière, l'une des plus visitées au monde, prisée des touristes et des amoureux... est aussi "réputée" pour sa saleté ou la grossièreté de ses habitants. Et le dernier article du Financial Times sur notre capitale ne devrait apaiser le débat.

Un journaliste du quotidien britannique résidant à Paris a édicté quatre pistes de réflexion pour que Paris "atteigne la perfection". Cet article paru vendredi 12 juin a été relayé par Le Huffington Post. Sécurité routière, politesse, présence sur la scène internationale... Ces conseils peuvent aussi être pris comme des critiques acerbes. 

Mettre fin à l'"apartheid" entre Paris et la banlieue

Tout d'abord, pour Simon Kuper, Paris doit "arrêter la ségrégation". L'éditorialiste voit le périphérique comme une "cicatrice" qui "sépare la ville parfaite et ses 2,5 millions d'habitants de ses banlieues largement imparfaites". Une "division" qui lui rappelle "un peu" la séparation entre Johannesburg et le township de Soweto, en Afrique du Sud, pendant l'apartheid. Cette prise de position tranchée fait écho à celle de Manuel Valls qui, en début d'année, dénonçait "un apartheid territorial, social, ethnique" dans les banlieues françaises.

S'ouvrir sur le monde

Ensuite, pour le journaliste, la capitale doit devenir "moins française". "La ville est beaucoup moins mondiale que ses rivales. Seuls 12% de la population étaient nés à l'étranger en 2008, contre 31% pour Londres et 37% pour New York en 2010". "Une ville française ne peut pas attirer de talents de l'étranger, car ceux-ci ne parlent plus français", note le quotidien britannique. S'il relève que les Français se mettent enfin à l'anglais, il estime qu'ils doivent encore assouplir leurs codes sociaux pour se faire une place sur la scène internationale.

À lire aussi
Un TER stationnant à quai en Gare du Nord. (Illustration) faits divers
Les infos de 18h - Un trajet Compiègne-Paris en train se transforme en cauchemar

Mais Paris doit aussi se décontracter. "L'étiquette contrôle encore la plupart des interactions des Parisiens. Elle ordonne, par exemple, que quiconque entre dans un restaurant à 18h30 en short et sweat shirt de l'équipe d'Ohio State doit être humilié. Une ville mondiale doit être plus tolérante", prône le journal. Toutefois, le FT relève que Paris tend à adopter les normes contemporaines des grandes villes mondiales. Et de citer deux exemples étonnants : "Aujourd'hui, il est acceptable de travailler avec son ordinateur portable dans un café (...) Nous avons même récemment eu un festival de 'street food' - bien que l'usage soit de ne rien acheter dans un 'food truck' avant 13h00, heure à laquelle tout le monde se rue pour faire la queue". 

Les Parisiens doivent être plus polis

Troisième conseil : "Paris doit être moins grossière". Le journaliste reprend un reproche très largement fait aux Français : leurs mauvaises manières. Mais il note que cela s'améliore, notamment grâce aux commentaires sur internet des clients des hôtels et des restaurants. 

Il salue aussi la présence d'Uber à Paris. "Quand vous prenez un VTC ici, vous avez la surprise de rencontrer un chauffeur souriant, qui sort de la voiture pour vous accueillir et offre des bonbons à vos enfants, alors que les chauffeurs de taxi font une crise d'apoplexie à la simple vue d'un enfant". Là encore, "c'est parce que les chauffeurs d'Uber sont notés", avance le journaliste.

Apprendre à conduire

Enfin, Paris devrait "adopter quelques règles de circulation". Pour le FT, "un seul aspect de la vie à Paris n'est régi par aucune règle : la conduite. Les infractions qui vous enverraient en prison n'importe où ailleurs sont considérées ici comme une conduite sportive (...) Quand le feu passe au rouge, la première voiture le grille toujours. Le trottoir sert de voie aux deux-roues. Un passage piéton est une place de stationnement, etc."

Et d'enfoncer le clou : "Paris devrait être un paradis pour les cyclistes (...) Mais aujourd'hui, quand un Parisien voit un vélo, il accélère". Pour le journaliste, une seule solution. La ville de Paris devrait engager "des escadrons de pervenches". Un point de vue que les automobilistes parisiens apprécieront ! "Alors que les Américains ont peur que l'État ne leur confisque leurs armes, les Français reprochent à l'État de les empêcher de rouler comme des fous". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Périphérique parisien Sécurité routière
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants