1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La pollution est responsable de 9 millions de morts chaque année dans le monde
2 min de lecture

La pollution est responsable de 9 millions de morts chaque année dans le monde

Environ une mort prématurée sur six dans le monde est liée à la pollution. Selon une étude publiée mercredi, la pollution reste bien plus meurtrière que le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Vue de Lyon durant un épisode de pollution (image d'illustration).
Vue de Lyon durant un épisode de pollution (image d'illustration).
Crédit : Nicolas Liponne / Hans Lucas via AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La pollution et les déchets créés par les humains rejetés dans l'air, l'eau et le sol tuent trois fois plus que le sida, la tuberculose et le paludisme. "Le nombre de morts causées par la pollution rivalise avec celles causées par le tabac" : c'est ce que révèle une étude publiée mercredi 18 mai dans The Lancet Planetary Health.

La pollution, à l'origine de graves maladies du coeur, de cancers, de problèmes respiratoires ou de diarrhées aiguës, était responsable de la mort prématurée de neuf millions de personnes en 2019, principalement à cause de la mauvaise qualité de l'air et des polluants chimiques, plomb notamment. Cette estimation se fonde sur l’analyse des données du Global Burden of Disease, un programme international de recherche en épidémiologie piloté par l’Institute for Health Metrics and Evaluation (États-Unis).

Quatre ans après un premier rapport, la situation n'a pas évolué : environ une mort prématurée sur six (16 %) dans le monde est liée à la pollution, déplore la Commission sur la pollution et la santé du Lancet. Les pays à faible et moyen revenus concentrent 92% de ces décès et la majeure partie des pertes économiques qui en découlent.

Les formes "modernes" de pollution plus dévastatrices

Si les décès prématurés liés aux types de pollutions associées à l'extrême pauvreté sont en repli, ceux liés à la pollution de l'air et à la pollution par produits chimiques augmentent. En 2019, 6,7 millions des morts prématurées sont attribuables à la pollution de l'air, 1,4 million à la pollution de l'eau, 900 000 au saturnisme.

À lire aussi

Si la mortalité liée à la pollution au sein du foyer (liée à la combustion de carburants ou à des problèmes d'eau ou d'hygiène) a reculé, particulièrement en Afrique, les formes "modernes" de pollution (pollution aux particules fines ou chimiques) pèsent largement plus qu'il y a vingt ans. En 2000, les décès prématurés liés à la pollution de l'air ambiant s'élevaient à 2,9 millions, et 4,5 millions en 2019. Particules fines et ozone dans l'air, exposition au plomb, à des carcinogènes dans le cadre de son travail, pollutions chimiques dans l'environnement, gagnent du terrain, surtout en Asie.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.