1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. INFOGRAPHIE - Yémen : ce qu'il faut savoir sur l'intervention militaire menée par l'Arabie Saoudite
3 min de lecture

INFOGRAPHIE - Yémen : ce qu'il faut savoir sur l'intervention militaire menée par l'Arabie Saoudite

INFOGRAPHIE - La coalition menée par l'Arabie Saoudite a effectué des frappes aériennes au Yémen contre les rebelles chiites soutenus par l'Iran.

Des Yéménites du mouvement Houthi brandissent leurs armes, le 26 mars 2015.
Des Yéménites du mouvement Houthi brandissent leurs armes, le 26 mars 2015.
Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP
Marie-Pierre Haddad & AFP

La coalition arabe menée par l'Arabie Saoudite a étendu ses raids aériens contre les positions rebelles chiites au Yémen, vendredi 27 mars. Le royaume saoudien sunnite affirme vouloir faire face à l'"agression" de son rival chiite iranien. Pour la deuxième nuit consécutive, des avions de combat de plusieurs pays arabes ont bombardé des positions militaires tenues par les rebelles Houthis, liés à l'Iran, qui ne cessaient ces dernières semaines de renforcer leur emprise sur le Yémen, menaçant directement le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Une intervention militaire soutenue par les États-Unis

Plusieurs pays occidentaux, en tête desquels les États-Unis, ainsi que la plupart des pays arabes ont serré les rangs derrière l'Arabie Saoudite et réaffirmé leur soutien au président Abd Rabo Mansour Hadi, arrivé jeudi à Ryad, en route pour le sommet arabe qui s'ouvre samedi en Égypte. L'intervention militaire a fait suite à des appels à l'aide du camp Hadi, incapable de stopper l'offensive des Houthis qui ont pris depuis septembre 2014 plusieurs régions du pays, dont la capitale Sanaa, et avançaient ces derniers jours vers Aden, la capitale du Sud où était retranché le chef de l'État.

Vendredi 27 mars, avant l'aube, de nouvelles frappes ont visé des positions des Houthis dans la région d'Arhab, au nord de Sanaa, faisant 12 morts parmi les civils dans des zones résidentielles, ont affirmé des responsables du ministère de la Santé contrôlé par les Houthis. Depuis le début de l'opération "Tempête décisive", 39 civils au total ont péri dans les frappes, selon ces responsables. Il n'était pas possible de confirmer ce bilan de source indépendante.

Vers une propagation du conflit ?

Les premières frappes de l'opération "Tempête décisive" ont été qualifiées de "succès" à Ryad, par un porte-parole de la coalition qui regroupe une dizaine de pays principalement du Golfe. Ces frappes se prolongeront jusqu'à ce que les "objectifs" soient atteints, a-t-il ajouté en écartant une offensive terrestre dans l'immédiat.

L'intervention militaire arabe au Yémen
L'intervention militaire arabe au Yémen
Crédit : INFOGRAPHIE, SR/GIL/VL/FH / AFP
À lire aussi

Dans sa première réaction aux raids, le chef des rebelles, Abdel Malek al-Houthi, a condamné une "invasion" et averti que les "Yéménites ne vont pas rester sans réagir". L'Iran a mis en garde contre une propagation du conflit. Son président Hassan Rohani dénonce une "agression" contre le Yémen. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a répété que "toute action militaire contre un pays indépendant est condamnable. Le seul résultat est une aggravation de la crise et plus de morts parmi les innocents".

Qui sont les Houthis ?

La rébellion chiite des Houthis est un mouvement politico-religieux fondé en 1992 au Yémen qui est devenu la cible d'une opération militaire arabe après avoir conquis de vastes territoires dans ce pays voisin de l'Arabie Saoudite. Ces militants, issus du zaïdisme, branche du chiisme majoritaire dans le nord du Yémen, sont connus sous le nom de Houthis, en référence à leur guide spirituel Badreddine al-Houthi et à son fils, Hussein, tué par l'armée yéménite en 2004. 

Le 21 septembre 2014, ils sont entrés, sans résistance de l'armée (fidèle à M. Saleh), dans la capitale Sanaa où ils ont pris en janvier le palais présidentiel avant de dissoudre le Parlement et d'installer de nouvelles instances dirigeantes en février. L'offensive des Houthis dans le nord du pays a été d'abord perçue comme un moyen d'élargir leur zone d'influence dans le futur État fédéral qui était en négociation dans le cadre d'un processus politique, aujourd'hui moribond. 

L'opération militaire conduite par l'Arabie Saoudite ne pourra pas venir à bout totalement de la rébellion chiite, d'autant que son objectif est de confirmer "la légitimité" du président Hadi et d'empêcher les Houthis de contrôler le Yémen. Pour l'analyste saoudien Khaled al-Batarafi, "l'opération va au moins contenir les Houthis et les amener à un règlement pacifique", en relançant le processus de transition politique parrainé par les monarchies du Golfe. Mais le Yémen est aussi confronté à un mouvement séparatiste dans le sud, à l'essor d'Al-Qaïda et à l'émergence du groupe État islamique. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/