1 min de lecture Diplomatie

L'élue américaine Rashida Tlaib refuse finalement de se rendre en Israël

Après avoir été interdite de se rendre sur le territoire israélien, puis finalement autorisée, l'élue américaine Rashida Tlaib a fait savoir sur Twitter qu'elle annulait sa visite en raison des "conditions oppressives".

Rashida Tlaib lors d'un meeting à Dearborn, le 26 octobre 2018
Rashida Tlaib lors d'un meeting à Dearborn, le 26 octobre 2018 Crédit : Paul Sancya/AP/SIPA
Louis Rigaudière et AFP

Coup de théâtre. L'élue démocrate américaine d'origine palestinienne Rashida Tlaib a annoncé vendredi qu'elle renonçait à rendre visite à sa grand-mère, en Cisjordanie occupée, à cause des "conditions oppressives" imposées, selon elle, par Israël, dont elle a dénoncé les "politiques racistes" dans un tweet. 

"J'ai décidé que rendre visite à ma grand-mère sous ces conditions oppressives allait à l'encontre de tout ce en quoi je croyais : combattre le racisme, l'oppression et l'injustice", a tweeté la première élue au Congrès américain d'origine palestinienne. "Je ne peux pas permettre à l'État d'Israël (...) d'utiliser mon amour pour ma mamie afin de me soumettre à leurs politiques oppressives et racistes", déclare l'élue américaine Rashida Tlaib sur son compte Twitter. 

Ce jeudi, Benyamin Netanyahou avait interdit à deux élues américaines d'entrer en Israël et dans l'ensemble des Territoires palestinien occupés. Leur tort ? Avoir soutenu une campagne de boycott de l'Etat hébreu. 

D'après plusieurs médias américains et israélien, l'Etat hébreu avait surtout obéi aux injonctions de Donald Trump. Sur son compte Twitter, le président des Etats-Unis avait déclaré qu’Israël ferait preuve d'une "grande faiblesse" s'il autorisait Ilhan Omar et Rashida Tlaib à effectuer leur visite.

Elles haïssent Israël

Donald Trump
Partager la citation
À lire aussi
L'Ambassade de Russie à Berlin crise politique
Pourquoi l'Allemagne et la Russie sont plongées dans une crise diplomatique

"Elles haïssent Israël et tout le peuple juif et il n'y a rien qui puisse être dit ou fait pour leur faire changer d'avis", avait soutenu dans un tweet le milliardaire républicain qui les accuse d'antisémitisme.

De son côté, le président israélien avait justifié sa décision : "Israël est ouvert aux visites à une exception près, celle de gens appelant et militant pour son boycott." Il avait également indiqué qu'"aucun pays ne respecte plus les Etats-Unis et son Congrès que l'Etat d'Israël".

Ce podcast peut vous intéresser :

>
Une lettre d'Amérique - Le mur de Donald Trump, ou le mythe de la frontière Crédit Média : RTL Originals | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Israël Benjamin Netanyahu
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants