3 min de lecture États-Unis

Explosions à New York : le suspect inculpé d'utilisation d'armes de destruction massive

Ahmad Khan Rahami s'était procuré ces derniers mois des éléments susceptibles d'entrer dans la composition d'un engin explosif. Son père l'avait pourtant déjà signalé au FBI.

Explosion dans le centre-ville de New York le 18 septembre 2016
Explosion dans le centre-ville de New York le 18 septembre 2016 Crédit : AP Photo/Andres Kudacki
Anne-Sophie Blot
Anne-Sophie Blot
et AFP

Ahmad Khan Rahami, le suspect n°1 des attaques de New York et du New Jersey le week-end dernier, a été inculpé mardi d'utilisation d'armes de destruction massive, selon un document transmis par le procureur du district sud de l'Etat de New York, Preet Bharara. Le jeune homme de 28 ans a également été inculpé des chefs d'attaque à la bombe d'un lieu public, de destruction de biens privés et d'utilisation d'un engin de destruction pour commettre un crime violent. Lundi, il avait déjà été inculpé de tentatives de meurtre sur des policiers. 

Ahmad Rahami est soupçonné d'avoir posé, samedi et dimanche, quatre bombes de fabrication artisanale, dont deux ont explosé. La première explosion a eu lieu à Seaside Park dans le New Jersey samedi matin et la seconde, qui a fait 29 blessés légers, à New York, dans le quartier de Chelsea, samedi soir. Selon le document de l'inculpation, l'enquête a permis d'établir que le suspect a acheté, en juin, juillet et août, des éléments susceptibles d'entrer dans la composition d'un engin explosif

Apologie du djihad

Ahmad Khan Rahami a notamment fait l'acquisition d'acide citrique, de circuits imprimés et d'éléments d'un système de mise à feu à distance d'engins pyrotechniques. L'enquête a également déterminé que deux des téléphones utilisés pour la mise à feu des bombes artisanales ont été livrés dans un magasin situé à proximité de l'appartement d'Ahmad Rahami.

Il a aussi été établi que le suspect avait souscrit un abonnement pour l'un de ces téléphones. L'adresse électronique utilisée pour le dossier d'abonnement de ce téléphone ressemble, selon les enquêteurs, à celle d'un compte sur un réseau social, non précisé dans le document. Deux contacts de ce compte ont posté des messages faisant l'apologie du djihad, selon le document. 

Signalé au FBI par son père

À lire aussi
Donald Trump le 11 juillet 2019 États-Unis
Destitution de Trump : avant le procès, une cérémonie en grande pompe

Potentiellement embarrassant pour les autorités : alors que la police du New Jersey indiquait lundi qu'Ahmad Khan Rahami n'était "pas sur (leur) radar", le FBI a confirmé mardi avoir enquêté sur lui en 2014 - après que le père du jeune homme l'eut alerté - sans trouver "aucune indication de liens avec le terrorisme". De nombreuses informations ont par ailleurs émergé sur le passé de ce résident d'Elizabeth (New Jersey), né en Afghanistan et arrivé aux États-Unis enfant avant d'être naturalisé américain.

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, a confirmé qu'il était retourné plusieurs fois en Afghanistan et au Pakistan, avec un séjour de près d'un an à Quetta, une ville où les talibans sont très présents. Il s'y serait marié en 2011 et y aurait même eu un enfant, selon un député d'Elizabeth, Albio Sires.

Sa femme pakistanaise aurait quitté les Etats-Unis quelques jours seulement avant les attentats, a indiqué CNN, citant une source policière. Les autorités américaines ont contacté le Pakistan et les Émirats arabes unis pour essayer de la retrouver, a-t-elle ajouté. Ahmad Rahami s'est-il radicalisé lors de ces voyages ?  Des proches du jeune homme, cités lundi par le New York Times, avaient évoqué "un changement de comportement" au retour d'un de ses voyages en Afghanistan. 

Surtout, les autorités ont retrouvé sur Rahami un carnet, ainsi qu'une note manuscrite, qui attesteraient de son goût pour les idéologies radicales, selon le document de l'inculpation. Il y fait notamment référence à Oussama Ben Laden, qualifié de "frère", et Anwar al-Awlaqi, l'idéologue d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique tué par un drone américain au Yémen. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis New York Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants