1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : mourante, elle écrit aux femmes qui voudraient épouser son mari
2 min de lecture

États-Unis : mourante, elle écrit aux femmes qui voudraient épouser son mari

En phase terminale d'un cancer, Amy s'adresse aux femmes que rencontrera son mari une fois que la maladie l'aura emportée.

Philippe Corbé
Philippe Corbé
Crédit : Damien Rigondeaud
États-Unis : mourante, elle écrit aux femmes qui voudraient épouser son mari
03:11
États-Unis : mourante, elle écrit aux femmes qui voudraient épouser son mari
03:13
Philippe Corbé & Loïc Farge

"Vous pourriez avoir envie d'épouser mon mari" : c'est le titre d'un article rédigé par une femme de 52 ans et publié dans le New York Times. Cela ressemble à une petite annonce, comme sur une application de rencontres. Amy Krouse Rosenthal cherche une nouvelle femme pour son mari Jason. Ne l'aime-t-elle plus ? Si, elle l’aime toujours passionnément, comme au premier jour. C'était en 1989. Un rendez-vous arrangé. En quelques minutes, elle a compris qu'elle allait passer le reste de sa vie avec lui : 9.490 jours ensemble, c'est une vie. Jusqu'à la mort.

Quelques jours après le départ de leur troisième enfant à l’université, alors qu’ils allaient enfin pouvoir réaliser leurs rêves de voyage, de l’Inde à l'Afrique du Sud, les médecins ont diagnostiqué un cancer des ovaires. Depuis un an et demi, elle se bat. Mais elle est désormais en phase terminale. Elle sait que bientôt Jason sera veuf.

"Il ne me reste probablement que quelques jours à vivre sur cette planète", écrit Amy. "Alors pourquoi est-ce que je fais ça ? Je termine ceci le jour de la Saint-Valentin, et le cadeau le plus sincère, le moins potiche que je puisse espérer, c'est que la bonne personne me lise, trouve Jason, et qu’une nouvelle histoire d’amour débute", poursuit-elle.

Amy Krouse Rosenthal et son mari Jason
Amy Krouse Rosenthal et son mari Jason
Crédit : Facebook

Dans cette petite annonce, elle décrit son mari : 1,78 mètre, 72 kilos, cheveux poivre et sel, des yeux noisette. Elle énumère ses qualités, les petits détails du quotidien dans lesquels elle voit des traces de leur amour. Les olives et le fromage qu’il lui prépare pour l’apéritif pendant qu’il cuisine le dîner. Les Martinis dans un club de jazz de Chicago. Son flair pour trouver des chaussettes fabuleuses.

Elle cite aussi le bouquet de fleurs qu’il lui a offert lors de la première échographie de sa première grossesse. Les poignées de bonbons colorés qu’il lui ramène de la station service. Le plateau du petit déjeuner le dimanche matin, sur lequel il dispose tasses, cuillère et banane pour former un smiley souriant.

J'espère qu'une nouvelle histoire d’amour va débuter

Amy Krouse Rosenthal, en phase terminale d'un cancer
À lire aussi

Depuis plus d’un quart de siècle, Amy a Jason dans sa peau. Sur sa peau : un petit J tatoué sur sa cheville. En septembre dernier, un an après son diagnostic, Amy est allée se faire tatouer, une nouvelle fois, sous son avant-bras gauche, un seul mot, avec l’écriture de leur fille : "More" ("Plus"). "'More' est le premier mot que j’ai prononcé", écrit Amy. "Et maintenant ça pourrait bien être mon dernier, le temps le dira".

Elle aimerait avoir plus de temps, mais elle sait que c’est bientôt terminé. Alors en veut plus pour son mari. D'où cette annonce adressée à la femme inconnue qui offrira - elle l’espère - à Jason un second amour. L’article se termine par un grand espace blanc. "Je laisse intentionnellement cet espace vide, pour vous donner à tous les deux le nouveau départ que vous méritez". C'est signé : "Avec tout mon amour, Amy".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/