3 min de lecture États-Unis

États-Unis : le poseur de bombes en série au Texas s'est suicidé

Acculé par les forces de l'ordre, l'homme qui a tué deux personnes et blessé plusieurs autres avec des colis piégés s'est fait exploser dans sa voiture, mercredi 21 mars.

Des policiers sont à la recherche d'indices à l'endroit où le suspect s'est suicidé.
Des policiers sont à la recherche d'indices à l'endroit où le suspect s'est suicidé. Crédit : SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

Épilogue brutal dans la traque de l'auteur d'un poseur de bombes en série qui a semé le chaos à Austin, la capitale du Texas. L'individu, identité comme Mark Anthony Conditt selon plusieurs médias américains qui s'appuient sur des sources proches de l'enquête, s'est donné la mort mercredi 21 mars en se faisant exploser dans sa voiture.

Les bombes artisanales du jeune homme ont déjà tué deux personnes et fait plusieurs blessés. Et d'autres explosions pourraient survenir dans les prochains jours malgré la mort de l'artificier. "Nous craignons qu'il puisse y avoir d'autres colis piégés dans la nature", a en effet déclaré Fred Mlanowski, l'homme en charge de l'enquête pour l'AFT (Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs). Il a demandé à la population de rester vigilante et de signaler tout objet suspect immédiatement.

Une chasse à l'homme de longue haleine

Depuis trois semaines, des centaines d'agents de la police locale et fédérale étaient sur la trace du "poseur de bombe en série". À l'instar de la population d'Austin, le président des États-Unis semblait soulagé mercredi matin. "Le poseur de bombes présumé d'Austin est mort. Beau travail de la police et de tous ceux impliqués", a tweeté Donald Trump. "La communauté d'Austin vient de vivre près de trois longues semaines", a renchéri Brian Manley, directeur de la police d'Austin.

Les forces de l'ordre avaient retrouvé sa voiture garée près d'un hôtel en dehors d'Austin. Ce dernier a déclenché l'engin quand les membres d'un SWAT Team, un groupe d'intervention spécialisé de la police, ont tenté de le stopper alors qu'il essayait de prendre la fuite, a expliqué le chef de la police d'Austin.

Motivations inconnues

À lire aussi
La petite amie Donald Trump Junior, fils aîné du président Donald Trump, a été testée positive au coronavirus. Donald Trump
États-Unis : la compagne du fils aîné de Trump testée positive au coronavirus

Pour l'heure, les motivations du suspect demeurent inconnues, a précisé le chef de la police. L'enquête s'était très vite orientée vers la piste raciste en raison de l'origine des premières victimes, noires ou hispaniques. Mais la quatrième explosion d'un paquet, dans la soirée de dimanche 18 mars, a blessé deux passants - deux hommes blancs - et fait penser à la police que les cibles étaient choisies de manière aléatoire.

Des vidéos ainsi que des témoignages avaient conduit la police sur sa piste durant les dernières 36 heures, a expliqué Brian Manley. KEYE, une chaîne de télévision locale, a montré des images d'une vidéo de surveillance d'un centre FedEx, où l'on peut apercevoir selon elle le suspect en train de déposer un paquet. On y voit un homme portant des gants et une casquette de baseball bleue qui couvre des cheveux blonds mi-longs, possiblement une perruque.

Cinq bombes

Depuis le 23 février, l'auteur présumé des attentats avait réussi à faire exploser cinq colis, le dernier tôt mardi 20 mars dans un centre de tri de FedEx, qui n'a fait qu'un blessé très léger. Les précédents colis piégés ont tué deux Noirs, un homme de 39 ans le 2 mars et un jeune homme de 17 ans le 12 mars. Cette dernière explosion avait également blessé une femme. Plus tard le 12 mars, un autre colis piégé avait grièvement blessé une femme hispanique âgée de 72 ans.

Ces colis avaient été déposés directement devant les habitations. Dimanche 18 mars, l'auteur des attentats a changé de modus operandi en déposant un colis piégé avec un fil déclencheur près d'une allée. L'explosion a blessé deux passants.

Les autorités avaient promis une récompense à hauteur de 115.000 dollars pour toute information sur l'identité du ou des suspects, et appelé la population à lui communiquer tout enregistrement de vidéosurveillance. Deux des quatre explosions ont coïncidé avec le grand festival culturel SXSW, qui se tenait du 9 au 18 mars, attirant 500.000 personnes dont de nombreuses célébrités dans cette ville de près d'un million d'habitants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Texas Bombe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants