1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : le patron d'Uber mis en congé forcé
2 min de lecture

États-Unis : le patron d'Uber mis en congé forcé

REPLAY - Le PDG controversé d'Uber, Travis Kalanick, a annoncé mardi 13 juin qu'il se retirait provisoirement de ses fonctions.

Le PDG d'Uber, Travis Kalanick, a été mis à l'écart du groupe
Le PDG d'Uber, Travis Kalanick, a été mis à l'écart du groupe
Crédit : AFP
États-Unis : le patron d'Uber mis en congé forcé
03:05
États-Unis : le patron d'Uber mis en congé forcé
03:06
Philippe Corbé & Loïc Farge

La direction d'Uber déstabilisée. Après une longue réunion de la direction, son PDG Travis Kalanick a annoncé mardi 13 juin  qu'il se met en retrait. La raison qu'il invoque est tout à fait compréhensible : il a perdu sa mère, et il souhaite prendre du recul. Mais cette décision intervient après un certain nombre de polémiques, provoquées par son propre comportement. Le patron de 41 ans a d'ailleurs admis récemment qu'il avait besoin de "grandir". C'était juste après la diffusion d'une vidéo où on le voit éméché prendre un Uber, monter à l’arrière, et insulter le chauffeur lorsque celui-ci se plaint d'être ruiné par les nouvelles rémunérations plus faibles versées par la compagnie.

Récemment, Uber a dû licencier une vingtaine d'employés pour harcèlement sexuel. Des centaines de signalements avaient été déposés. Une ancienne ingénieur a même décrit un "sexisme systémique", c'est-à-dire une culture du sexisme très répandue dans l’entreprise. Cela a obligé Uber à engager le cabinet de l'ancien ministre de la Justice d'Obama pour enquêter sur le fonctionnement de l'entreprise. C'était l’objet de la réunion du jour qui a duré sept heures.

Un autre cadre dirigeant de l’entreprise, son bras droit, a quitté Uber dans la foulée. Un autre proche avait déjà été écarté pour sa gestion d'une affaire de viol dans un Uber à New Delhi, en Inde. Il s'était notamment arrangé pour obtenir le bulletin de santé de la plaignante. Et l'avait présenté aux grands patrons de Uber. Apparemment, les visites dans les bars à escort girls ou des clubs de jeux à Las Vegas, d’importantes quantités d'alcool en note de frais, tout cela faisait partie de la culture de la direction.

Des doutes sur l'avenir

Le rapport présenté aujourd'hui suggère notamment que l'entreprise interdise la consommation d'alcool et de drogue chez Uber. Donc cela veut dire que ça existe. Bref, toutes ces affaires successives brouillent l'image de l'entreprise qui se retrouve sans dirigeant, puisque son PDG est en retrait, pour un temps indéfini, et beaucoup de ses proches qui tenaient les postes clés sont partis. On ne sait pas très bien ce qui va se passer chez Uber.

À écouter aussi

huit ans après son création, Uber est évalué environ à 70 milliards de dollars. Le nom de la marque est même rentré dans le langage courant, y compris en France : "l'ubérisation", pour décrire comment une innovation digitale peut perturber considérablement un modèle économique traditionnel, tout un secteur. Mais ces polémiques successives et le départ de ces dirigeants nourrissent des doutes sur l'avenir d'Uber.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/