1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : la police de Los Angeles ne veut pas expulser les sans-papiers
1 min de lecture

États-Unis : la police de Los Angeles ne veut pas expulser les sans-papiers

Le chef du LAPD a annoncé que ses 10.000 officiers ne prendront pas part aux expulsions de sans-papiers que veut relancer Donald Trump.

Photo d'illustration d'un officier de la LAPD en Californie le 10 janvier 2007.
Photo d'illustration d'un officier de la LAPD en Californie le 10 janvier 2007.
Crédit : AFP / GABRIEL BOUYS
Philippe Corbé & Aymeric Parthonnaud

Le chef du Los Angeles Police Department (ou LAPD) a annoncé que ses 10.000 officiers de police ne prendront pas part aux expulsions de sans-papiers que veut relancer le président-élu Donald Trump. Il l’annonce au Los Angeles Times.   

Pas question, par exemple, qu’un agent qui verbalise un automobiliste pour une infraction au stationnement le dénonce au services fédéraux s’il se rend compte qu’il n’a pas de papiers d’identité en règle, de permis de séjour ou de visa. "Ce n’est pas notre travail, et je ne vais pas en faire notre travail", prévient le chef du LAPD, qui dépend de la ville de Los Angeles. 

C’est une position de principe de la police de la ville : depuis 1979, ses agents n’ont plus le droit d’entrer en contact avec un individu dans le seul but de vérifier s’il est en règle ou pas. Les sans-papiers délinquants arrêtés pour des crimes mineurs ne sont plus remis aux autorités fédérales. La police de Los Angeles refuse aussi de garder en prison des détenus qui pourraient être déportés une fois leur peine terminée. 

2 à 3 millions d'expulsions

Dans son interview sur CBS dimanche 13 novembre, Donald Trump a annoncé qu’il entendait expulser 2 à 3 millions de sans-papiers (sur les 11 millions qui vivent aux États-Unis, qu’il avait promis de déporter immédiatement), seulement les sans-papiers délinquants. Obama a fait expulser 2,5 millions de sans-papiers entre 2009 et 2014.

À lire aussi

Sur les 11 millions de sans papiers estimés sur le sol américain, plus d’un million d’entre eux vivent dans la ville de Los Angeles. "C’est le même LAPD que vous aviez lundi, il y a une semaine. Nous n’avons pas changé parce que l’élection était mardi. Nous avons les mêmes principes. Nous avons les mêmes valeurs". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/