4 min de lecture Moyen-orient

EN IMAGES - Des manifestations contre "Charlie Hebdo" éclatent dans le monde

EN IMAGES - Au Pakistan, au Soudan, mais aussi en Tunisie et en Tchétchénie, des rassemblements ont eu lieu pour dénoncer la une de "Charlie Hebdo".

Des centaines de milliers de manifestants contre "Charlie-Hebdo" à Grozny (Tchétchénie)
Des centaines de milliers de manifestants contre "Charlie-Hebdo" à Grozny (Tchétchénie) Crédit : YELENA FITKULINA / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Une semaine après la tuerie qui a eu lieu au sein de la rédaction de Charlie Hebdo, les journalistes et dessinateurs ont sorti un numéro très controversé avec une caricature du prophète Mahomet. Tiré à 5 millions d'exemplaires, le journal satirique a créé la polémique.

800.000 personnes en Tchétchénie contre les caricatures

La Tchétchénie, république musulmane du Caucase russe, est devenue pour quelques heures lundi la capitale de la contestation anti-Charlie Hebdo. Des centaines de milliers de manifestants ont répondu à l'appel de leur dirigeant Ramzan Kadyrov et se sont réunis au pied de la mosquée de Grozny en scandant "Allah Akbar" et agitant des banderoles proclamant leur amour pour le prophète Mahomet.

Les autorités locales et le gouvernement fédéral à Moscou ont évoqué de 800.000 à 1 million de manifestants. Mais il est difficile de dire avec précision combien de personnes, de Tchétchénie et de l'ensemble du Caucase russe, étaient présentes.

À Magas, capitale de la région voisine de l'Ingouchie, 15.000 personnes ont protesté samedi 17 janvier "contre les caricatures du prophète, l'islamophobie et l'insulte contre les croyances des musulmans", selon le gouvernement de la petite république musulmane.

Des heurts au Pakistan

À lire aussi
Le roi Salmane d'Arabie saoudite (à droite) et son garde du corps Abdel Aziz al-Fagham (à gauche) en octobre 2017 Arabie Saoudite
Arabie Saoudite : un an après l'assassinat de Khashoggi, Ryad attire de nouveau

Des centaines de personnes ont manifesté contre le journal, à travers le monde. À Karachi, au Pakistan, des heurts violents ont eu lieu entre des policiers et environ 200 manifestants, devant le consulat de France. Plusieurs personnes ont été blessées, dont une gravement.

>
"Charlie Hebdo" : des drapeaux français brûlés à Karachi Durée : |

Le photo-reporter Asif Hassan, qui travaille pour l'Agence France-Presse a été atteint d'une balle dans le poumon, puis transporté d'urgence à l'hôpital, où il a subi avec succès une intervention chirurgicale. "La balle est entrée dans son poumon et est ressortie par sa poitrine. Il est hors de danger dans l'immédiat", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'hôpital de la métropole pakistanaise.

Des affrontements ont éclaté avec la police, au Pakistan
Des affrontements ont éclaté avec la police, au Pakistan Crédit : ASIF HASSAN / AFP

Avec près de 200 millions d'habitants, le Pakistan est le deuxième pays musulman du monde. Le gouvernement avait condamné l'attaque qui a eu lieu en France et au cours des derniers jours, la tension s'est endurcie. À Peshawar, ville où une attaque taliban avait fait 150 morts, une manifestation a eu lieu en hommage aux frères Kouachi, les auteurs de la fusillade à Charlie Hebdo.

Jusqu'à 3.000 manifestants à Alger

Des heurts ont aussi éclaté à Alger, en Algérie, après une marche de protestation contre le journal satirique. 2.000 à 3.000 personnes se sont rassemblées. La police a tenté de disperser les manifestants qui ont lancé des pierres ainsi que des bouteilles dans les rues. 

Plusieurs policiers ont été blessés. Plus tôt, quelques centaines de personnes, dont des femmes et des enfants, ont défilé au sein de la capitale en criant "Dieu est grand". Ils portaient aussi des pancartes où était écrit en français et en arabe : "Je suis Mahomet". C'est une allusion au "Je suis Charlie" utilisé en France après l'attentat du 7 janvier.

2.500 manifestants en Jordanie

À Amman, en Jordanie, 2.500 manifestants ont défilé sous haute surveillance et dans le calme, arborant des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire "l'atteinte au grand prophète relève du terrorisme mondial". Le roi Abdallah II de Jordanie, qui avait participé dimanche à la marche de Paris, a qualifié jeudi Charlie Hebdo d'"irresponsable et inconscient".

En Jordanie, 2.500 manifestants ont défilé contre la une du journal satirique
En Jordanie, 2.500 manifestants ont défilé contre la une du journal satirique Crédit : KHALIL MAZRAAWI / AFP

Le site sensible de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte annexée par Israël, a été le lieu d'une manifestation de quelques centaines de Palestiniens. "L'islam est une religion de paix" et "Mahomet sera toujours notre guide", pouvait-on lire sur des banderoles. "Français, bande de lâches", ont scandé des manifestants. 

Un rassemblement a aussi eu lieu en Palestine, contre "Charlie Hebdo"
Un rassemblement a aussi eu lieu en Palestine, contre "Charlie Hebdo" Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP

Des marches au Soudan et en Tunisie

À Tunis, en Tunisie, des fidèles ont quitté la mosquée el-Fath pour marquer leur désaccord avec un imam, ancien ministre des Affaires religieuses. "Nous sommes contre toutes atteintes à notre prophète mais cela n'est pas une excuse pour tuer les gens", prêchait-il, à quoi ils ont rétorqué que les journalistes de Charlie Hebdo "méritaient d'être tués".

À Tunis, la caricature du prophète a provoqué des rassemblements
À Tunis, la caricature du prophète a provoqué des rassemblements Crédit : MOHAMED KHALIL / AFP

À Khartoum, au Soudan, quelques centaines de fidèles ont brièvement manifesté après la prière, réclamant des excuses du gouvernement français. L'Union mondiale des oulémas, basée au Qatar et dirigée par le prédicateur Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l'éminence grise des Frères musulmans, a appelé à des "manifestations pacifiques" et critiqué le "silence honteux" de la communauté internationale sur cette "insulte aux religions".

"Expulsez l'ambassadeur français , la victoire au Prophète de Dieu !", pouvait-on lire lors d'une manifestation au Soudan.
"Expulsez l'ambassadeur français , la victoire au Prophète de Dieu !", pouvait-on lire lors d'une manifestation au Soudan. Crédit : ASHRAF SHAZLY / AFP

Les autorités de ce pays, qui avaient fermement dénoncé l'attentat contre Charlie Hebdo, ont "condamné la nouvelle publication de dessins offensants", soulignant que cela alimentait "la haine et la colère".

4 morts au Niger

Les manifestations contre la publication d'une caricature de Mahomet en une du dernier numéro de Charlie Hebdo à Zinder, au Niger, ont fortement dégénéré ce vendredi 16 janvier. Quatre personnes sont mortes et 45 ont été blessées, selon le ministre nigérien de l'Intérieur.

Parmi les quatre victimes figurent trois civils et un gendarme, a déclaré le ministre Massaoudou Hassoumi. Vingt-deux agents des forces de l'ordre ont été blessés, ainsi que 23 manifestants, a-t-il ajouté sur les ondes de la radio nationale.

Des mouvements suivis en Syrie et en Iran

En Syrie, des milliers de personnes sont descendues dans les rues des zones contrôlées par les rebelles et les jihadistes en demandant à ce que s'arrête "l'offense au sentiment religieux", selon une ONG syrienne.

En Iran, une manifestation de protestation prévue samedi par des étudiants islamistes a été annulée sans raison officielle. Selon l'agence de presse Fars, les organisateurs ont toutefois annoncé que le rassemblement se tiendrait lundi devant l'ambassade de France à Téhéran, sous réserve d'obtenir l'aval des autorités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Moyen-orient Charlie Hebdo Iran
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants