1 min de lecture Gabon

Élection présidentielle au Gabon : Ali Bongo a fait espionner les observateurs européens

Selon le "Journal du Dimanche" du 2 octobre, le président du Gabon, réélu par le biais d'élections largement contestées, aurait fait surveiller les émissaires de Bruxelles chargés de suivre le déroulement du scrutin.

Ali Bongo, président du Gabon, au QG de l'ONU le 24 septembre 2013
Ali Bongo, président du Gabon, au QG de l'ONU le 24 septembre 2013 Crédit : Brendan McDermid/AP/SIPA
Maxime Magnier

Les preuves à charges se multiplient. Depuis l'élection du 27 août dernier, lors de laquelle le président sortant Ali Bongo l'avait emporté de peu face à son rival Jean Ping, tout semble indiquer que le fils d'Omar Bongo, à la tête du Gabon pendant plus de quarante ans, a recouru à diverses malversations pour être réélu. Dernier élément alimentant cette suspicion grandissante : les révélations du Journal du Dimanche de ce 2 octobre, selon qui Ali Bongo aurait fait surveiller les observateurs européens de l'élection présidentielle.

D'après l'hebdomadaire, les services secrets du président au pouvoir auraient espionné les émissaires de l'Union européenne du 27 août au 23 septembre, soit du jour de l'élection à la proclamation des résultats. À l'appui, le JDD dévoile une vingtaine d'enregistrements tirés des très nombreuses écoutes clandestines menées durant plus d'un mois. Et l'action menée aurait même été plus importante encore, puisque le JDD révèle l'usage, par le régime gabonais, des journaux nationaux.

Plusieurs types d'actions

Les médias du pays auraient ainsi servi à accuser les observateurs de Bruxelles grâce aux renseignements glanés par les services secrets gabonais. Par exemple, le JDD rapporte l'exemple d'un des émissaires que Libreville aurait jugé trop hostile au régime et qui a dû être exfiltré à la suite de menaces de mort qu'il a reçu lors de son séjour africain.

À lire aussi
Un policier gabonais (illustration) terrorisme
Gabon : deux Danois blessés au couteau au cri d'"Allah Akbar"

Grâce à ces enregistrements, et à un rapport de synthèse que les observateurs européens devront rendre dans moins de deux mois, le voile devrait être levé davantage sur les agissements d'Ali Bongo et de ses services de renseignements dans le cadre de l'élection du 27 août. D'ores et déjà, le 31 août, soit quatre jours après le scrutin, la chef adjointe de la mission, Polyna Lemos, s'insurgeait des fraudes électorales perpétrées par les autorités gabonaises : "Ils ont fait exactement ce que j'espérais qu'ils n'allaient pas faire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gabon Élection présidentielle Scrutin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785084820
Élection présidentielle au Gabon : Ali Bongo a fait espionner les observateurs européens
Élection présidentielle au Gabon : Ali Bongo a fait espionner les observateurs européens
Selon le "Journal du Dimanche" du 2 octobre, le président du Gabon, réélu par le biais d'élections largement contestées, aurait fait surveiller les émissaires de Bruxelles chargés de suivre le déroulement du scrutin.
https://www.rtl.fr/actu/international/election-presidentielle-au-gabon-ali-bongo-a-fait-espionner-les-observateurs-europeens-7785084820
2016-10-02 16:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/L6_SMt3rzAmJpW1SNbUc2Q/330v220-2/online/image/2016/0907/7784759982_ali-bongo-president-du-gabon-au-qg-de-l-onu-le-24-septembre-2013.jpg