1 min de lecture Égypte

Égypte : l'État islamique affirme avoir décapité l'otage croate

Daesh a publié sur Twitter les photos du corps de Tomislav Salopek. Les autorités croates n'ont pas encore confirmé "à 100%" l'information.

Des membres de l'État islamique (photo d'illustration).
Des membres de l'État islamique (photo d'illustration). Crédit : TAUSEEF MUSTAFA / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Tomislav Salopek, 31 ans, a été enlevé au Caire le 22 juillet dernier. L'État islamique (EI) affirme l'avoir exécuté. Si cette mort est confirmée, ce serait la première fois qu'un étranger est enlevé et tué par des jihadistes en Égypte.

Daesh revendique, ce mercredi 12 août, avoir décapité le jeune Croate. L'organisation publie ce qu'elle affirme être une photo de son cadavre sur des comptes jihadistes sur Twitter. Cet employé d'une société française, spécialisée dans l'exploration du sous-sol, avait été enlevé par des hommes armés, sur une route à 22 km au sud-ouest du Caire. Vendredi, la branche égyptienne de l'EI a menacé de le tuer dans les 48 heures si Le Caire ne libérait pas "les femmes musulmanes" emprisonnées en Égypte. La photo publiée sur des sites jihadistes, et dont l'authenticité n'a pu être vérifiée, montre le corps d'un jeune homme surmonté d'une tête, à côté d'un drapeau de Daesh et d'un poignard fichés dans le sable.

Zagreb craint le pire

Le Premier ministre croate Zoran Milanovic a déclaré ne pas être en mesure de confirmer à "100%" la mort par décapitation d'un de ses compatriotes en Egypte, comme l'a annoncé plus tôt le groupe Etat islamique qui le retenait en otage. "Pour l'heure, nous ne pouvons pas confirmer à 100% que ceci est vrai, et je ne sais pas si nous pourrons le faire dans les prochains jours, mais ce que nous voyons n'a pas l'air bon, a l'air horrible", a déclaré M. Milanovic à la presse.

Depuis deux ans, les "jihadistes de Province du Sinaï", la branche égyptienne de l'EI, ont multiplié les attentats dans le pays, visant essentiellement les soldats et les policiers. Ils disent vouloir venger les victimes de la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans du président islamiste élu Mohamed Morsi, destitué par l'armée en 2013 et condamné à mort en première instance en mai dernier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égypte Daesh Jihad
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants