2 min de lecture Brésil

Des Afro-Brésiliens pistent leurs ancêtres grâce à des tests ADN

L'origine de plus de 100 millions d'Afro-brésiliens pourrait être enfin être décelée 127 ans après la fin de l'esclavage.

Les 150 candidats étaient en majorité des militants des mouvements noirs
Les 150 candidats étaient en majorité des militants des mouvements noirs
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Plus de 100 ans après la fin de l'esclavage, la moitie des Brésiliens ne connaissent toujours pas leur origine. "Les esclaves perdaient tout, leur nom, leur identité. Avec ces tests ADN on a rétabli la connexion", déclare Carlos Alberto Jr, directeur du projet "Brésil : ADN Afrique", cinq documentaires visant à "renouer les liens rompus par l'esclavage".

Des tests portant sur l'ADN mitochondrial (salive) ont été réalisés sur 150 candidats puis analysés par un laboratoire à Washington qui dispose d'une base de données de 220 ethnies. Les 150 candidats étaient en majorité des militants des mouvements noirs dans cinq États du Brésil où ont débarqué en masse 4,5 millions d'esclaves du XVIe au XIXe siècles : Rio de Janeiro, Minas Gerais, Bahia, Pernambouc et Maranahao. 

J'ai dû refaire mon identité dans ma tête à 62 ans

Zulu Araujo, président de la Fondation culturelle Pedro Calmon
Partager la citation

"Au XIXe siècle, il y avait huit Africains pour un Portugais. L'idée est de montrer que le Brésil a été colonisé aussi par les Africains" et pas seulement par les Européens que le Brésil a fait venir après l'abolition de l'esclavage au XIXe siècle pour "blanchir" le pays, explique Carlos Alberto Jr.

Les Brésiliens sélectionnés pour participer au tests d'ADN ont ainsi pu découvrir leurs origines avec surprise et émotion. Zulu Araujo, président de la Fondation culturelle Pedro Calmon à Salvador de Bahia, a eu un choc en apprenant qu'il descendait du peuple Tikar du Cameroun, une ethnie majoritairement islamique. "Je pensais, comme de nombreux Bahiannais, que j'étais Yoruba (du Nigeria ou d'Angola, NDLR). J'ai dû refaire mon identité dans ma tête à 62 ans", explique cet expert de la question raciale. "Au Brésil, notre origine nous a été retirée de façon sophistiquée et brutale", souligne-t-il. "On a détruit les papiers de nos ancêtres et changé nos noms. C'était une stratégie perverse pour nous maintenir sous domination".

À lire aussi
Une saisie de cocaïne en novembre 2015 (Illustration) Brésil
Brésil : arrestation d'un baron de la drogue, lié à la 'Ndrangheta

Zulu Araujo estime que les tests ADN serviront à dire aux Afro-brésiliens qu'ils ne sont pas seulement fils d'esclaves mais aussi d'Africains, de guerriers dignes de respect. Les films de 52 minutes, incluant le retour de cinq Afro-brésiliens en Afrique dont Araujo, sont en phase de production et l'objectif des producteurs est de parvenir à une diffusion au-delà des frontières du Brésil, notamment en Afrique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Esclavage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779264523
Des Afro-Brésiliens pistent leurs ancêtres grâce à des tests ADN
Des Afro-Brésiliens pistent leurs ancêtres grâce à des tests ADN
L'origine de plus de 100 millions d'Afro-brésiliens pourrait être enfin être décelée 127 ans après la fin de l'esclavage.
https://www.rtl.fr/actu/international/des-afro-bresiliens-pistent-leurs-ancetres-grace-a-des-tests-adn-7779264523
2015-07-30 12:17:32
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Bkrc2N28sLANSkjyXHSPyg/330v220-2/online/image/2015/0730/7779264548_les-150-candidats-etaient-en-majorite-des-militants-des-mouvements-noirs.jpg