1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Grèce : les créanciers devront également faire des "propositions réalistes"
1 min de lecture

Crise en Grèce : les créanciers devront également faire des "propositions réalistes"

La Grèce n'est pas la seule à devoir faire des propositions réalistes et concrètes sur la dette grecque prévient Donald Tusk le président du Conseil européen.

Le président du Conseil européen Donald Tusk le 26 juin 2015.
Le président du Conseil européen Donald Tusk le 26 juin 2015.
Crédit : THIERRY CHARLIER / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Alors que la Grèce a jusqu'à a ce jeudi soir 9 juillet minuit pour proposer leurs réformes sur la dette grecque qui permettrait la reprise de négociations sur une aide internationale et la sortie de la zone euro, le président du Conseil européen prévient d'ores et déjà que les créanciers auront également leur part de travail à faire.

"Je viens de parler avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. J'espère que nous allons recevoir aujourd'hui des propositions concrètes et réalistes de la part d'Athènes", a déclaré Donald Tusk lors d'une conférence de presse à Luxembourg. "Si cela se produit, nous aurons besoin d'une proposition parallèle de la part des créanciers. Les propositions réalistes de la part de la Grèce devront être suivies en contrepartie de propositions tout aussi réalistes sur la dette grecque de la part des créanciers", a-t-il ajouté. "Alors seulement nous aurons une situation où chacun trouve son compte", a-t-il assuré.

Pas d'allégement de la dette pour l'Europe

Le gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tsipras, soutenu indirectement par le Fonds monétaire international (FMI), la directrice Christine Lagarde appelant à une restructuration de la dette, réclame un allègement de l'énorme dette de la Grèce, qui atteint 320 milliards d'euros, soit 180% du PIB du pays. Mais les Européens, à commencer par l'Allemagne, ne veulent pas en entendre parler. Le président de la Bundesbank a par ailleurs estimé ce jeudi que la BCE ne devait plus fournir l'aide d'urgence à la Grèce.

Une fois les propositions de la Grèce connues, elles seront étudiées par les créanciers puis soumises samedi aux ministres des Finances de la zone euro, avant un sommet extraordinaire des 28 pays de l'Union européenne dimanche à Bruxelles.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/