1 min de lecture Crash Air Algérie

Crash Air Algérie : "C'est l’occasion de cheminer vers ce long travail de deuil"

REPLAY - Sandrine Tricot, présidente de l'association AH5017 Ensemble va pouvoir se rendre sur les lieux du drame. Elle témoigne pour RTL.

>
Choix Calvi - 20/04 Crédit Image : AFP/ECPAD | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et La rédaction numérique de RTL

"Ça fait neuf mois que j'imagine la manière dont ils sont morts, je matérialise ce lieu avec les images qui ont pu nous êtres transmises." Sandrine Tricot a perdu son mari le 24 juillet dernier lors du crash du vol Air Algérie, avec l'ensemble des proches des victimes, elle va enfin pouvoir se rendre au plus près de la catastrophe. 

Impatiente à l'idée de pouvoir se rendre sur place pour enfin démarrer son cheminement "vers ce long travail de deuil", Sandrine Tricot tient aussi à féliciter François Hollande pour "la promesse qu’il a pu tenir". "Nous mesurons toutes les difficultés d’un point de vue militaire", a-t-elle précisé. 

Je trouve que c’est un peu précipité de dire que les pilotes sont en cause.

Sandrine Tricot
Partager la citation

Quant au rapport du Bureau d'enquête et d'analyses pour l'aviation civile qui précise que le système d'antigivre n'avait pas été activé, Sandrine Tricot estime pour sa part qu'il faut encore laisser du temps aux enquêteurs. "Il n'y a aucune vérité qui m’arrange, mon mari est mort, on ne me le rendra pas. Je trouve que c’est un peu précipité de dire que les pilotes sont en cause." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crash Air Algérie Deuil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants