1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Charlottesville : Trump appelle "à l'amour" entre les Américains
1 min de lecture

Charlottesville : Trump appelle "à l'amour" entre les Américains

Après les violentes critiques dont il a fait l'objet concernant les événements de Charlottesville, le président américain a appelé à l'unité et à "l'amour" entre les citoyens.

Donald Trump en conférence de presse à la Trump Tower (New York) le 15 août 2017.
Donald Trump en conférence de presse à la Trump Tower (New York) le 15 août 2017.
Océane Blanchard & AFP

Donald Trump a appelé lundi 21 août à l'unité entre "tous (les) citoyens" aux États-Unis, plus d'une semaine après les événements de Charlottesville, où un sympathisant néonazi avait tué une manifestante anti-raciste.

Le président américain s'est retrouvé au centre d'une très vive polémique pour n'avoir pas clairement condamné les militants d'extrême droite, qu'il a renvoyés dos à dos avec les manifestants anti-racistes. Il avait notamment affirmé, quelques jours après les heurts en Virginie, que "les torts étaient partagés".

"L'amour pour l'Amérique exige que l'on aime tous ses citoyens. Quand nous ouvrons nos cœurs, il n'y a pas de place pour l'intolérance et aucune tolérance pour la haine", a déclaré le chef d'État républicain à propos de Charlottesville, lors d'un discours sur sa stratégie en Afghanistan. "Et si un citoyen est victime d'une injustice, nous en sommes tous victimes ensemble", a-t-il assuré.  

Des statues enlevées depuis Charlottesville

Une dizaine de jours après les faits, qui avaient mis en exergue les profondes divisions de la société américaine notamment sur la question du racisme, l'émotion et la vague de condamnations ne sont pas retombées aux États-Unis.

À écouter aussi

Lors de ce rassemblement de différents groupuscules d'extrême-droite, un partisan de la suprématie blanche a foncé dans la contre-manifestation dans la ville universitaire de l'est américain, tuant une femme de 32 ans et blessant 19 personnes. Depuis, certaines statues des confédérés, symboles du sud esclavagistes, ont été retirées dans différentes villes des États-Unis. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/