1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Centrafrique : une humanitaire de l'ONU dénonce l'utilisation d'enfants-soldats
1 min de lecture

Centrafrique : une humanitaire de l'ONU dénonce l'utilisation d'enfants-soldats

Une coordinatrice de l'humanitaire au sein de l'ONU dénonce l'utilisation d'enfants durant les récentes attaques à Bangui.

Des enfants en Centrafrique, en avril 2014 (illustration)
Des enfants en Centrafrique, en avril 2014 (illustration)
Crédit : AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA
La rédaction numérique de RTL & AFP

La coordinatrice humanitaire principale de l'ONU en Centrafrique, Claire Bourgeois, a dénoncé l'utilisation d'enfants par les belligérants et parle d'"assassinats brutaux d'au moins trois enfants".

Claire Bourgeois se déclare "grandement choquée par l'utilisation d'enfants durant les récentes attaques intercommunautaires à Bangui", dans un communiqué.

"J'exhorte tous les leaders et les combattants de respecter le droit des enfants. Les enfants de Centrafrique ont droit à la paix et à l'accès aux services sociaux de base", poursuit Claire Bourgeois.

Les récentes violences à Bangui ont fait au moins dix morts, de nombreux blessés et au moins 6.500 déplacés, selon le HCR.

Deux enfants accusés d'espionnage ont été assassinés

À lire aussi

"Je condamne le recrutement et l'utilisation des enfants par les groupes armés. (...) Je rappelle que l'utilisation des enfants et des femmes enceintes dans les combats est un crime de guerre", a-t-elle insisté.

Alors que le calme est plus ou moins revenu dans la capitale centrafricaine depuis le week-end, la coordinatrice évoque "les assassinats brutaux d'au moins trois enfants, deux garçons qui étaient accusés d'espionnage et un garçon de 8 ans (touché par) une balle perdue".

Elle signale aussi que "les organisations humanitaires ont pu observer un grand nombre d'enfants aux postes de contrôle de plusieurs barricades à Bangui" et que "plusieurs enfants ont été utilisés durant les manifestations".

"Leur participation les expose à des multiples risques émotionnels et physiques, y compris les blessures et traumatismes psychologiques à cause des violences qu'ils peuvent observer", note Mme Bourgeois, appelant les parents à éloigner les enfants.

La plupart des barricades érigées la semaine dernière sur les avenues de la capitale centrafricaine ont été tenues par des jeunes, adolescents et enfants. Ils étaient également nombreux à parcourir les quartiers sans contrôle, parfois à la portée des violences. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/