1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Biélorussie : un avion de ligne intercepté, "possibles sanctions" de l'UE
1 min de lecture

Biélorussie : un avion de ligne intercepté, "possibles sanctions" de l'UE

La Biélorussie a forcé ce dimanche un avion de ligne à atterrir à Minsk et arrêté un opposant présent à son bord.

Un chasseur bélarusse a intercepté dimanche un avion de ligne de la compagnie RyanAir ce dimanche 23 mai
Un chasseur bélarusse a intercepté dimanche un avion de ligne de la compagnie RyanAir ce dimanche 23 mai
Crédit : ONLINER.BY / AFP
William Vuillez & AFP

Un chasseur biélorusse a intercepté dimanche un avion de ligne de la compagnie RyanAir à bord duquel se trouvait un militant de l'opposition qui a été arrêté à son arrivée à Minsk, suscitant une menace de l'Union européenne de prendre de nouvelles sanctions et une demande de l'Otan d'ouvrir "une enquête internationale".

Le média d'opposition Nexta a annoncé que son ancien rédacteur en chef Roman Protassevitch avait été interpellé après l'atterrissage d'urgence à l'aéroport de la capitale de la Biélorussie de ce Boeing 737-800 effectuant la liaison Athènes-Vilnius, une information plus tard confirmée par la télévision d'État biélorusse. En début de soirée, l'appareil a finalement pu reprendre son vol à destination de la Lituanie, un pays balte membre de l'Union européenne, où il s'est posé un peu plus tard.

Un "acte choquant" pour Washington

Les dirigeants de l'UE avaient appelé de concert les autorités biélorusses à laisser l'avion repartir et à permettre à "tous ses passagers" de poursuivre leur voyage. Réunis en sommet lundi et mardi à Bruxelles, les chefs d'État et de gouvernement des 27 discuteront à cet égard de "possibles sanctions" contre la Biélorussie. L'Union européenne a en effet fustigé "une action complètement inacceptable" de Minsk, à l'instar de l'Allemagne, la France ou la Pologne.

Les États-Unis ont quant à eux annoncé qu'ils condamnaient "fermement" le Bélarus pour l'interception de cet avion volant et l'arrestation du militant qui se trouvait à bord, a déclaré ce dimanche 23 mai le chef de la diplomatie, Antony Blinken, dont les propos sont cités par l'AFP. "Cet acte choquant perpétré par le régime Loukachenko a mis en danger la vie de plus de 120 passagers, y compris des citoyens américains".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/