1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Bernard-Henri-Lévy : "Les Peshmerga sont notre ligne de défense contre l'État Islamique".
2 min de lecture

Bernard-Henri-Lévy : "Les Peshmerga sont notre ligne de défense contre l'État Islamique".

INVITÉ RTL - Le philosophe et réalisateur revient sur son film, "Peshmerga", pour lequel il a passé six mois sur le front, entre Kurdistan irakien et soldats de Daesh

Des peshmergas, non loin d'Erbil (illustration)
Des peshmergas, non loin d'Erbil (illustration)
Crédit : SAFIN HAMED / AFP
Bernard-Henri-Lévy : "Les Peshmerga sont notre ligne de défense contre l'Etat Islamique".
08:30
micros
La rédaction numérique de RTL

Sorti ce mercredi 8 juin au cinéma, Peshmerga est le résultat de six mois de tournage dirigés par Bernard-Henri-Lévy. Le film montre le combat du peuple kurde qui bataille contre les djihadistes de l'organisation État Islamique. D'après le philosophe, les Peshmergas sont ainsi la "ligne de défense" de l'Occident contre Daesh et il estime "qu'on ne le sait pas suffisamment". En ce sens, son film est "un appel à les aider davantage" et "un hommage" aux Peshmergas, qu'il affirme être "les seuls à affronter Daesh physiquement, directement".


Bernard-Henri Lévy évoque "ceux qui ont le courage d'affronter la mort mais qui, contrairement aux kamikazes, font tout pour l'éviter". Surtout, il met en avant les fantastiques capacités de ces combattants kurdes et affirme que sur "les six combats" auxquels son équipe a assisté, les Peshmergas ont remporté chaque bataille.

L'État islamique n'a pas de bons combattants

Bernard-Henri Lévy

Mais le philisophe évoque aussi de très forts moments de son tournage, et notamment l'instant où il a découvert que Daesh attaque régulièrement avec du gaz moutarde, "cette arme interdite depuis un siècle" alors que "les Kurdes n'ont rien pour se protéger" de ce poison mortel.
Grâce aux Peshmergas, qui "ont l'appui de la coalition internationale", "le monde est en train de prendre conscience" de la faiblesse de l'État islamique, qui n'a pas "de bons combattants". Car pour Bernard-Henri Lévy, "ils sont braves quand il s'agit de décapiter un otage sans défense et à genoux mais pas téméraires quand ils ont en face d'eux une véritable armée".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/