2 min de lecture Allemagne

Berlin : François Hollande exprime sa "solidarité" et sa "compassion"

Le président et de nombreuses personnalités politiques françaises ont réagi lundi 19 décembre après qu'un camion a foncé sur la foule dans un marché de Noël à Berlin, faisant au moins douze morts.

Angela Merkel réconforte François Hollande après les attentats, le 11 janvier 2015
Angela Merkel réconforte François Hollande après les attentats, le 11 janvier 2015 Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Anne-Sophie Blot
Anne-Sophie Blot
et AFP

Un camion de 38 tonnes immatriculé à Gdansk (Pologne) a foncé lundi soir sur la foule dans un marché de Noël du centre de Berlin, faisant au moins douze morts et 50 blessés. Le conducteur du semi-remorque Scania a été interpellé, après avoir pris la fuite. Il s'agit "probablement d'un attentat" selon l'agence DPA. "Nous examinons la piste d'un attentat terroriste mais nous ne connaissons pas encore les motivations" de cet acte, a indiqué un porte-parole de la police. Angela Merkel s'est dite "en deuil", selon les propos de son porte-parole.

>> Berlin : suivez en direct l'évolution des événements minute par minute

En France, François Hollande s'est rapidement exprimé sur Twitter pour affirmer sa "solidarité et [sa] compassion à la chancelière Merkel, au peuple allemand et aux familles des victimes de Berlin". Le chef de l'État a ensuite souligné dans un communiqué de l'Élysée que "les Français partagent le deuil des Allemands face à la tragédie".

Les membres du gouvernement ont été nombreux à réagir à cet acte. En première ligne, le premier ministre Bernard Cazeneuve, tout juste nommé à Matignon après la démission de Manuel Valls, a exprimé sa "solidarité" et sa "fraternité" avant d'ajouter en allemand que "la France se tient au côté de l'Allemagne". Depuis Bogota, où il achève une visite officielle en Colombie, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault s'est déclaré "horrifié par les informations venues de Berlin".

L'ancien ministre de l'Économie Emmanuel Macron a également réagi sur Twitter. Sans un message exclusivement écrit en allemand sur le réseau social, il a également assuré que "La France sera toujours à (vos) côtés".

À lire aussi
Une voiture de police allemande (illustration) faits divers
Allemagne : chasse à l'homme digne d'Hollywood pour retrouver un fugitif

François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle a également tweeté sa "solidarité avec nos amis allemands", ponctuant son tweet de la célèbre formule de John Fitzgerald Kennedy, "Ich bin ein Berliner".

Manuel Valls, ex-Premier ministre et candidat à la primaire de la gauche, a condamné un "acte ignoble". Marine Le Pen, candidate du Front National, a tweeté dans la soirée sa "compassion au peuple allemand après cette terrible attaque". 

L'attaque rappelle l'attentat de Nice, le 14 juillet, lorsqu'un camion avait fait 86 morts sur la Promenade des Anglais. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a commenté cette "horreur" à Berlin. "Ce soir ma conscience est indignée et mon coeur est berlinois", a-t-il encore réagi dans un second tweet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Berlin Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants