1 min de lecture Bahreïn

Bahreïn : 72 citoyens déchus de leur nationalité

Soixante-douze personnes ont été déchues de leur nationalité à Bahreïn pour des actes de violences.

Affrontements entre des manifestants et la police à Bahreïn, lors d'une manifestation contre l'arrestation d'un chef de l'opposition chiite Sheikh Ali Salman (illustration).
Affrontements entre des manifestants et la police à Bahreïn, lors d'une manifestation contre l'arrestation d'un chef de l'opposition chiite Sheikh Ali Salman (illustration). Crédit : AFP / MOHAMMED AL-SHAIKH
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Bahreïn a annoncé samedi avoir retiré leur nationalité à 72 citoyens qui "ont nui aux intérêts du royaume", théâtre depuis 2011 de troubles animés par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle, a rapporté l'agence officielle BNA.

Selon l'agence, cette décision, qui a fait l'objet d'un décret, s'inscrit dans le cadre des mesures prises pour "préserver la sécurité et la stabilité et lutter contre les dangers et les menaces terroristes".

"Les autorités compétentes au ministère de l'Intérieur prendront les dispositions nécessaires pour mettre en oeuvre" la décision gouvernementale, explique BNA, sans plus de précision sur l'application de cette mesure.

La plus importante déchéance de nationalité depuis 2013

Les noms des 72 personnes ont été publiés par BNA. Il s'agit du plus grand nombre de Bahreïnis déchus collectivement de leur nationalité depuis l'entrée en vigueur d'une loi adoptée en 2013 et prévoyant cette sanction pour les auteurs d'actes qualifiés de "terroristes".

En novembre, trois chiites bahreïnis avaient été condamnés à dix ans de prison chacun et déchu de leur nationalité
pour avoir planifié un attentat contre la police. Peu auparavant, 18 autres Bahreïnis avaient été déchus de leur nationalité dans deux affaires différentes de violences.

À lire aussi
Un Boeing 747 à l'atterrissage insolite
Bahreïn : un Boeing 747 coulé pour un parc d'attractions

En 2012, les autorités de Bahreïn avaient déjà déchu de leur nationalité 31 chiites pour "atteinte à la sûreté de l'Etat", sans décision de justice.

Petit pays dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, Bahreïn --qui abrite la Ve Flotte américaine-- est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bahreïn Violences Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants